• Recentralité de l’Homme en Christ - Revue MESSAGE - Janv-Fév. 2017

    Janvier - Février 2017

    Recentralité de l’Homme en Christ

             Crédit photo: Claude Lacroix ofm
    Recentralité de l’Homme en Christ - Revue MESSAGE - Janv-Fév. 2017« L’esprit d’Assise, nous dit Brigitte, est d’avoir un apriori de bienveillance envers chacune et chacun. Le franciscain croit en l’Homme en sa grandeur et en sa fragilité.» C’est dans cet esprit que « Assise 1986 – 2016 » accueille le professeur Roland Benz, épistémologue des sciences, physicien et pasteur réformé.  L’être humain est l’auteur et le centre d’une science qui le marginalise. Il a reçu au cours des derniers siècles quatre gifles, soit : Avec Copernic, la terre n’est plus le centre du cosmos, mais une planète parmi d’autres tournant autour du soleil. Une véritable révolution astronomique. Avec Darwin et sa théorie de l’évolution, la biologie est bouleversée en démontrant l’origine animale de l’être humain. Avec Freud, le Moi n’est plus maître du logis, mais en interaction avec ses pulsions inconscientes. Et, tout dernièrement, la révolution des neurosciences substitue l’intelligence du sujet à celle de l’ordinateur, du robot.

     Il s’agit d’inventer de nouveaux paradigmes. Contrairement à la pensée du Moyen Age, la Jérusalem n’est plus le centre. On passe d’un monde hiérarchisé à un monde uniformisé. Il peut s’écrire en langage mathématique. De même en biologie, il y a une unité du monde vivant. Les transformations se font au hasard et sans finalité. Quant à Freud, il considère Dieu et les religions comme des projections de l’humain. Tout cela tend à marginaliser l’Homme et Dieu. Paul Ricœur parle du sentiment « d’insignifiance.» Jacques Monod, dans son célèbre « entre le royaume et les ténèbres. » La physique moderne nous raconte l’univers. Des centaines de milliards d’étoiles. L’univers est en expansion. Il a une histoire. Il était une fois le Big Bang. « Un noyau de lumière  centralité ? Les textes bibliques et la révélation du Christ amènent d’incontournables repères :  Hasard et la nécessité » propose de « choisir   ! » Comment l’Homme peut-il retrouver sa centralité ? Les textes bibliques et la révélation du Christ amènent d’incontournables repères :

    La Genèse, par exemple, place l’humain au sommet de la création et l’instaure gérant de la création. La Bible exprime la sainteté de tout humain, de chaque être, de chaque  chose. Le temps est une création de Dieu. Dieu est autre que le monde. Avec la foi hébraïque, on assiste à une dédivination du monde. Le temps n’est plus cyclique, mais le peuple d’Israël se découvre une histoire. L’histoire du salut. Histoire qui culmine avec la place centrale de l’humain en Christ. Et pas n’importe quel humain : Jésus, dans sa vie publique, fait avancer au centre de la synagogue l’infirme à la main séchée, qu’il guérit. Le pauvre devient le référant. Jésus est lui-même un décentré, un rejeté de la société qui meurt crucifié au Lieu des Ordures . Et, c’est justement à cet Homme que Dieu donne raison en le ressuscitant. En Lui, ses disciples reconnaissent le Fils du Dieu vivant, vrai Dieu, vrai Homme. Ainsi voici en Jésus, terre et ciel enfin réconciliés. L’Homme retrouve sens et sérénité avec lui-même et son environnement. « Eh ! Dessine-moi la paix ! »

    1 Propos librement adaptés de la conférence de Monsieur Roland Benz,
    à Saint ­Maurice, le 29 octobre 2016
    par Pierre Dominique  

     

    pour infos et abonnement à la ''Revue MESSAGE''

    courriel: mflaic@vtx.ch

    ------------------------

    Nos dossiers
    « Les trésors et les préoccupations - InterBibleQuand le pape François affole la critique »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :