• Regards sur l'Homosexualité - Bruno

    Regards sur l'Homosexualité.

    A l’adolescence, lors de l’éveil de la sexualité adulte, l’homosexualité et ses composantes disparaissent et vont se tapir dans un coin de l’inconscient, pour ne se manifester qu’en filigrane. On notera cependant que, dans certains cas, les adolescents ont des expériences homosexuelles, qui n’entraînent aucune disposition de ce type à l’âge adulte. Il s’agit en quelque sorte de l’association entre persistance de l’enfance et une hésitation sur l’orientation définitive. Quel est le regard de notre société face aux manifestations de l’homosexualité ?

     Toutes les amitiés sont des témoignages de cette disposition psychique ; et d’ailleurs, plus le lien est fort, plus l’homosexualité inconsciente est développée. Il est amusant de constater que, chez les femmes ou les jeunes filles, les expressions homosexuelles sont moins " tabous " que chez les hommes : s’embrasser ou dormir occasionnellement dans le même lit n’entraîne généralement aucun commentaire désobligeant.

     Certains hommes " traduisent " l’existence de leur homosexualité latente...par son contraire : attitude ultra-virile que l’on retrouve chez ceux que l’on appelle " machos ". Qui pourrait croire que ce sont eux qui repoussent le plus fort leur homosexualité menaçant d’apparaître à la surface ?

     Certains cas de jalousie peuvent également être très significatifs. Tel homme dira : " Je suis jaloux car mon épouse va vers d’autres hommes ", alors qu’il faut entendre : " Je suis jaloux de ne pas être à la place de mon épouse ". S’il fait en sorte qu’il n’y ait pas de rencontre entre son épouse et d’autres hommes, c’est surtout pour éviter d’approcher de trop près son homosexualité.

     Dans ces troubles pathologiques, l’homosexualité a très envie de se manifester, mais se trouve en butte à des mécanismes de défense qui entraînent des conflits intérieurs.

     Compte tenu de l’agressivité supérieure " naturelle " de l’homme, on peut affirmer que si l’homosexualité n’existait pas, les hommes ne pourraient pas vivre en communauté. Le raisonnement et l’analyse ont d’ailleurs été poussés plus loin par certains : les conflits armés seraient encore plus nombreux et violents sans l’homosexualité. Sans elle, les groupes humains tels que l’armée ou les employés d’une entreprise n’auraient aucune cohésion .La répulsion rendrait impossible l’œuvre commune. L’homosexualité fait partie intégrante de notre vie psychique normale, et il est vain de la nier : ce faisant, on renforce les barrages défensifs qui traduisent encore plus sa présence. La morale de nos civilisations et les tendances biologiques de reproduction et continuité de l’espèce, nous mettent sur une voie hétérosexuelle, en faisant abstraction de composantes homosexuelles inconscientes. Dans la majorité des cas, l’hétérosexualité domine, ce qui n’empêche pas cette homosexualité, si latente soit-elle, de se manifester.

     On pourrait dire qu’au fond de nous il y a un ( ou une ) homosexuel ( le ) qui sommeille. Ce qui ne signifie pas que nous sommes des homosexuel ( le ) s, mais que notre homosexualité est latente : elle ne s’exprime pas ; du moins sous la forme qu’on lui connaît chez les homosexuels affirmés. Je dis souvent que l’intolérance naît de l’ignorance et même avec les convictions spirituelles que je défends et vis depuis ma tendre enfance, j’assume parfaitement l’analyse que je viens d’écrire car, je vois trop de parents rejeter leurs enfants sous prétexte qu’ils ne correspondent pas aux normes sociales. Je persiste et signe pour dire que l’homosexualité ne doit pas se résumer à la simple sexualité. La tendresse et l’amour entre deux êtres ne sauraient subir des condamnations de quelque idéologie que ce soit ainsi que de croyances castratrices. Le chemin de la vie est un parcours où les hommes et les femmes cherchent à aimer et être aimés. Notre existence n’a pas d’autre sens que celui-ci. Les moralistes de bas étages empêchent tellement les autres de respirer qu’il serait temps de donner un parfum subtil à la liberté sans nous préoccuper de leurs jugements empreints de telles ignorances qu’ils peuvent tuer l’épanouissement des adolescents. Nous devons combattre paisiblement ces bien-pensants qui, sous couvert, d’une croyance religieuse falsifiée, provoquent des discriminations en ce monde.

     La vraie spiritualité sera libératrice ou ne sera pas et de même la sexualité sera source de joies partagées sans préjugés, ou ne sera qu’une contrainte, une vieille habitude vécue dans la médiocrité. A nous de choisir l’horizon étincelant de notre destin.

     Bruno LEROY.

    Source http://brunoleroyeducateur-ecrivain.hautetfort.com
    ----------------------------------------------

    Les nouveautés - OFS-Sherb
    « Parabole d’aujourd’hui - AliceHomélie du 30ème dimanche du temps ordinaire. - 25 octobre 2015 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    struyven
    Samedi 17 Octobre 2015 à 05:25

    Cher Bruno,

    Je comprends très bien le sens de ton texte, et je trouve triste ces "jeunes" qui se tournent vers une sexualité hors norme. En tant que chrétienne, le Seigneur prend cela en abomination. Oui ! le mot est fort et blesse, mais c'est ainsi, à moins de discuter avec Dieu. Cependant, je ne comprends pas les parents qui rejettent leur propre fils, ou fille, sous prétexte qu'il ou elle est homosexuel, leur devoir est de l'aimer avant tout. Aimer le pécheur mais pas le péché. S'ils sont chrétiens, leur devoir est de tout mettre en oeuvre afin que leur enfant rencontre un prêtre qui demandera la chasteté et si cela ne suffit pas à le détourner de cette attirance, on ne peut que le remettre dans la Miséricorde infinie de Dieu. Je suis consciente que cela peut être une grande souffrance pour qui est attiré par l'homosexualité, d'autres malheureusement le font par vice. Mais ce n'est pas à moi de juger ces différences. Je continue d'aimer la personne,  peut-être encore plus, le sachant souvent malheureux. Ce n'est pas une croyance religieuse falsifiée, ou alors tu peux me classer dans ces "bien-pensants". Alors acceptons les travestis, les gay-pride d'une vulgarité sans nom où des papas prennent leur petits enfants sur leurs épaules pour mieux voir......et où beaucoup ne se gênent pas pour offenser Dieu en se déguisant en personnages d'Eglise assorties de mimiques vulgaires. Certains sont réellement amoureux (et ceux là souffrent) mais ils sont très peu fidèles et cela tient très très rarement longtemps.

    Dieu nous a créé homme et femme et la falsification ce ne sont pas les hétéros qui la font.......Dieu nous a permis aussi de procréer ce qui, à présent, en acceptant l'homosexualité, conduit à des exactions des plus basses et des plus honteuses. Allons-y ! Tout est permis et puis l'on s'étonne de la décadence de nos sociétés.

    Non ! Tout n'est pas permis, où alors c'est simplement de l'humanisme ou tout ce qui est sacré est bafoué, seul le bonheur de l'homme compte........si tout le monde se trouve livré à ses instincts......nous voyons ce que cela donne.

    Désolée, mais là je ne peux te suivre sur ce chemin ! Mathé.

     

     

    2
    Lyd.Myr
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 02:46

    Malheureusement dans les écoles où est au programme l'enseignement de ''la sexualité'' sont enseignées les idées telles que décrites par Bruno ; on voit les ravages qui suivent car les jeunes en sortent plus troublés qu'autre chose...Jamais la société n'a été aussi confuse sur le sujet ! .Je partage entièrement le commentaire de struyven équilibrant et nuancé et je viens le signer de tout coeur.

    Lyd.Myr

    3
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 18:36
    LEROY Bruno

    Mesdames, Messieurs,

    Je comprends que vous puissiez être en désaccord avec cet article. Je n’écris pas pour satisfaire la conscience de chacun, ce qui serait pure démagogie. Mais, pour ouvrir un dialogue possible.

    Et pourtant, à part l’abstinence totale, vous ne donnez guère de solutions positives à l’homosexualité.

    Il faudrait créer une Pastorale forte pour les personnes ayant ces tendances.

    En France 7%  de personnes homosexuelles sont croyantes.

    L’amour de Dieu les envahit. Il faut les aimer tels qu’ils sont.

    Ils luttent et rares sont les personnes qui sont formées pour les comprendre réellement.

    Nul n’a le droit ni le pouvoir d’obliger une personne à changer !

    Comme je l’ai écrit, l’homosexualité n’est pas qu’une affaire de sexualité.

    C’est une identité née d’une attirance affective et sentimentale. Nous devons respecter cela.

    Actuellement, un nombre très important de jeunes homosexuels se suicident parce qu’on n’a pas pris leur souffrance au sérieux. Que feriez-vous si vous aviez un enfant vous confirmant cette orientation ? Votre morale n’aurait aucune action sur la réalité, sa réalité.

    Le pousseriez-vous à se suicider pour ignorer le problème. Enfin, soyez sérieuses, votre refus et déni des réalités n’empêchent guère celles-ci d’exister. De plus, vous ne proposez rien pour les sauver et les accepter. Votre discours demeure stérile…

    Ils sont Fils et Filles de Dieu, nous n’avons pas à les repousser !

     

    Cordialement, Bruno.

     

     

    4
    Damay-Gouin
    Jeudi 22 Octobre 2015 à 17:36

    Merci, Bruno, pour ton texte et ta réponse aux commentaires. Je ne sais pas dans quel passage  de l’Évangile il est écrit que Dieu prend cela en abomination ! ou que l'homosexualité est un péché!!! Pouvons-nous , un instant, imaginer combien ces réflexions peuvent  faire mal !

    L'essentiel est d'aimer et d'accepter les différences. Je ne comprends pas cette attirance homosexuelle mais je respecte mon amie qui l' a révélé et je la soutiens car elle se sent tellement rejetée par sa famille et par son entourage. Elle a été heureuse d'apprendre que j'allais manifester à Paris en janvier  (2013 ? je ne sais plus la date) pour défendre le mariage pour les homosexuel-les. Aimer! sans juger ...  

    Oui, Bruno, essayons de dialoguer pour essayer de comprendre. Merci!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :