• Réponse au 2e questionnaire pour le synode de la famille 2015 - Alice

    Coucher de soleil et lever de lune 

     

    Bonjour à tous

     

                 Je vous propose une analyse-réflexion sur le questionnaire en vue de la préparation du prochain synode sur la famille. Le message de SIMPLICITÉ du pape François ne semble pas passer.

    Elle est un peu longue, mais je vous donne un lien pour LA TÉLÉCHARGER pour une lecture plus facile que vous trouverez au bas de cette page. - Serviteur ofs

    --------------------------------------------------------------------------------------

    Le 19/02/2015 

    Mme Alice Damay-Gouin 

    2 rue d’Île de France 

    35420 Louvigné du Désert 

      

    Réponse au 2ème questionnaire pour le synode sur la famille 2015 

      

    1°)   Avant- propos :   Merci   )   Difficultés de lecture 3°)   Joie     4°)  Les idées véhiculées  

    )   Finalité du questionnaire     6°)  Doctrine de l’Église ?   7°) Remerciements 

      

    1°)   Avant-propos :       Merci au pape François de nous donner la parole. 

      

    2°)   Difficultés de lecture 

    Ce 2ème questionnaire est très difficile à lire ! Texte pompeux, phrases longues remplies de circonlocutions pour parler en même temps du mariage, de la création, de la rédemption… !!!  

      

    Et je ne comprends pas certaines expressions: 

       « L’évangile de la famille » ? 

       « La vocation et la mission de la famille. » ? La famille n’est pas un bloc monolithique ! Chaque personne, dans la famille, évolue à son rythme propre. Le couple peut même évoluer de 2 façons totalement opposées ! Chaque personne est appelée mais il n’existe pas un appel pour un groupe de personnes. 

       « Dans un ordre authentique des personnes » ??? Est-ce que l’une des 2 personnes serait subordonnée à l’autre ??? 

       « Une bonne famille chrétienne » ??? (Comment la définir ?) 

       « Le réveil de la présence de Dieu »  

    Dieu ne s’est pas endormi ! Il est toujours présent. « Dieu était là et je ne le savais pas ! » Dieu vient vers nous, à chaque instant, en chaque circonstance, dans le silence comme dans le brouhaha ! Et à nous de savoir L’entendre, de savoir L’écouter, de savoir LE voir et de répondre à son appel !  

    Qui doit se réveiller ?  

    Il y a quelques mois, à une émission religieuse, le dimanche matin à la télé, j’ai entendu un éminent religieux présentant un livre : «  Ce livre parle d’un camp de personnes réfugiées, toutes chrétiennes. Mais je tiens à signaler la présence dans ce camp, de 2 religieuses françaises. Elles sont formidables …Elles sont la Présence vivante du Christ » dit-il avec vigueur ! (citation de mémoire) Être une personne réfugiée ne suffit-il pas pour être Présence vivante du Christ ? Tandis que la vie religieuse serait une condition suffisante !!! 

    Croire au Christ ressuscité n’est-ce pas croire qu’Il est vivant, Présent en chaque personne, même en la plus misérable ? !!! Ayons soif de reconnaître le Christ en chaque visage !!! 

      

    ) Joie et merci au pape François, pour certaines expressions qui me plaisent et qui correspondent à un souci profond : « la culture de la rencontre. »   « Avec une pastorale caractérisée par la culture de la rencontre, capable de reconnaître l’œuvre libre du Seigneur, notamment en dehors de nos schémas habituels » 

      

    4°) Mais quelles sont les idées véhiculées dans ce questionnaire ? 

      

    Discours humiliant, discriminant donc NON évangélique 

    J’ai lu que, lors du 1er questionnaire, nos évêques avaient été extrêmement surpris de l’écart entre la doctrine de l’Eglise et la pensée des fidèles et ils auraient conclu en disant : « on leur a mal expliqué ! On va leur expliquer davantage » ; Donc, aucune remise en question sur le fond du problème, semble-t-il !  Je retrouve d’ailleurs, la même idée dans ce 2ème questionnaire : « Le magistère ecclésial dans toute sa richesse doit être mieux connu du peuple de Dieu. La spiritualité conjugale se nourrit de l’enseignement constant des Pasteurs qui prennent soin du troupeau… » Ce discours m’est insupportable ! Nous ne sommes pas un troupeau bêlant, égaré. Les personnes Pasteurs de l’Eglise détiennent-elles la Vérité ? Elles semblent en être intimement persuadées. Nous vivons toujours avec l’idée de Pie X dans Vehementer Nox, en 1906 : « nous le troupeau n’avons-nous pas d’autre devoir que celui de se laisser conduire et, troupeau docile, de suivre ses pasteurs. ». Dans saint Luc, n’est-il pas dit de laisser chaque personne décider par elle-même ? Le pape François parle d’hôpital de campagne mais si l’image est simple, cela ne change rien au problème des relations. Comment se situe-t-il dans cet hôpital ? Comme médecin-chef, comme une personne infirmière ou comme malade ?  

    « Comment les fidèles peuvent-ils montrer à l’égard des personnes qui ne sont pas encore parvenues à la pleine compréhension du don d’amour du Christ, une attitude d’accueil et d’accompagnement confiant, sans jamais renoncer à l’annonce des exigences de l’Evangile ? » Ce discours m’est insupportable. Qui sommes-nous pour dire que d’autres n’ont pas encore découvert pleinement … ? 

      

    Et puis nos pasteurs savent-ils parler du mariage ?  

    Ils nous donnent une vision subliminale : « La vocation à l’amour entre un homme et une femme selon le dessein de la création reçoit sa forme la plus achevée de l’évènement pascal du Christ Seigneur, qui se donne sans réserve, faisant de l’Eglise son corps mystique. Le mariage chrétien, puisant dans la grâce du Christ, devient ainsi la voie sur laquelle ceux qui y sont appelés cheminent vers la perfection de l’amour… » Et j’entends l’énorme éclat de rire de Pierre mon Grand-petit homme. Ce rire signifie que cela n’a aucun sens !!! 

    Et cette vision subliminale est accompagnée d’une vision négative du mariage : « Trouver des solutions concrètes aux nombreuses difficultés et innombrables défis que les familles doivent affronter. » « Que les époux eux-mêmes créés à l’image d’un Dieu vivant et établis dans un ordre authentique de personnes , soient unis dans une même affection, dans une même pensée et dans une mutuelle sainteté, en sorte que , à la suite du Christ, principe de vie, ils deviennent , à travers les joies et les sacrifices de leur vocation, par la fidélité de leur amour, les témoins de ce mystère de charité que le Seigneur a révélé au monde par sa mort et sa résurrection »… De nouveau, éclat de rire !  

    Et à chaque fois qu’il est question de mariage, on nous parle de péché, de salut, de rédemption… 

    Que veut dire : « dans un ordre authentique de personnes » ? « pour accomplir dignement les devoirs de leur état» (n21-22)  ?  !!! Dois-je comprendre que l’on dit, sans le dire, ce qu’on nous a fait subir durant des millénaires « femmes, soyez soumise à votre mari, accomplissez votre devoir conjugal » ? Le Christ n’a jamais vanté la soumission, l’obéissance. On m’a répondu : « Le Christ s’est fait obéissant jusqu’à la mort ». Mais Il a obéi à Dieu son Père, pas à un autre homme ! Il a écouté la Parole et l’a mise en pratique. 

    Nous avons à respecter la dignité de chaque personne. 

      

     Comment peut-on parler de « Fidélité au lien » ? Je ne suis pas attachée avec une laisse !!! Ce discours m’est insupportable …Je suis fidèle mais sûrement pas à un lien !!! 

    Je me suis mariée à l’Eglise, avec Pierre par amour, non pour symboliser l’amour du Christ pour son Eglise. Cela n’a pas de sens pour moi. Le Christ nous aime, mais aime-t-il une institution ? Nous avons proclamé notre amour pour l’autre et pour les autres. Nous nous aimons et nous voulions vivre ensemble pour construire avec d’autres un monde plus juste, plus humain, plus chaleureux….Nous avons proclamé notre vocation missionnaire en aimant les autres dans le respect de chaque personne. Nous avons oublié cette vision colonialiste que l’Eglise donne encore au mot ‘missionnaire’. Il ne s’agit plus, pour nous, de vouloir convertir. Aimer ne veut pas dire chercher à convaincre l’autre mais  

    rencontrer, partager, savoir apprendre de l’autre, découvrir ses richesses, cheminer ensemble en respectant le choix de vie de toute autre personne, avancer avec les autres sur la route humaine.   

    Ma spiritualité conjugale se nourrit de mon amour de l’autre, de mon amour du Christ, de mon amour des autres….Ma soif de la rencontre me donne l’envie d’échanger avec d’autres pour avancer ensemble sur la route humaine, dans le respect de l’autre…  

      

    « Si c’est par amour du Christ que tu aides le pauvre, est-ce vraiment le pauvre que tu aimes ? Faut-il donc qu’il prenne le masque du Christ pour que le prochain soit aimable ? » (Jacques Noyer dans « Le manteau partagé ») J’avoue que cette idée me dérange mais je l’accepte car cela m’aide à aimer les autres.  

      

    5°) Finalité de ce questionnaire 

    Ce questionnaire demandent des recettes pour ramener les personnes croyantes ou non dans le giron de l’Eglise !!! « Comment … ? Comment … ? Comment leur proposer les exigences de la volonté de Dieu ? » « Comment aider ceux (et celles) qui vivent en concubinage à opter pour le mariage ? » «  Comment les fidèles peuvent-ils (peuvent-elles) montrer à l’égard des personnes qui ne sont pas encore parvenues à la pleine compréhension du don d’amour du Christ, une attitude d’accueil et d’accompagnement confiant, sans jamais renoncer à l’annonce des exigences de l’Evangile ? »  

    Les questions sont très précises et concernent la doctrine et la pastorale, dans ce domaine, je suis hors-course ! Mais accueillons chaque personne quelle que soit sa façon de vivre. N’oublions pas que parmi les personnes blessées, beaucoup le sont par l’attitude de l’Eglise vis-à-vis d’elles. 

      

    6°) Doctrine de l’Eglise. Les sujets qui fâchent… 

    L’Eglise prend position contre la contraception, contre les avancées scientifiques, médicales. En vertu de quelle philosophie ? Mais est-ce en vertu de l’Evangile ? Que l’Eglise nous laisse vivre notre vie. L’encyclique Humanae Vitae a déjà fait trop de mal. Il est impensable de vouloir la ressusciter. « Jugez l’arbre à ses fruits et parfois il faut abattre cet arbre ». 

      

    Je voudrais prendre un exemple dans le passé : la transfusion sanguine. L’Eglise a-t-elle accepté, l’idée qu’une personne puisse donner ou vendre son sang pour sauver une personne ? A-t-elle refusé sous prétexte que l’on introduit du sang d’une autre personne ou tout simplement parce qu’au lieu de donner son sang, la personne se ferait payer ou parce qu’au début, il y a eu des accidents ? Mais ces accidents ont provoqué d’autres recherches et on a découvert que certains sangs étaient compatibles et d’autres ne l’étaient pas. Aujourd’hui, l’Eglise rejette-t-elle cette découverte médicale ? Elle me semble bien admise même si quelques personnes la refusent encore. Et pourtant, dans certains pays, des personnes se font encore payer. Et Il y a peut-être encore quelques accidents mais en infime quantité par rapport au nombre de personnes ainsi sauvées.  

    Cette histoire se répète avec la contraception « artificielle » qui se fait sous le contrôle d’un médecin, permet de contrôler la procréation, et donc pour les époux de mieux vivre leur sexualité !!! Elle permet aussi d’éviter des avortements clandestins et donc dangereux. La contraception « artificielle » diminue le nombre d’enfants non désiré/es et donc aussi, le nombre d’avortements, même s’il en existera toujours ! Mais le pape continue à dire « Non à la contraception artificielle » !!!  

    L’histoire se répète avec la PMA et surtout la GPA. L’Eglise refuse la GPA car « louer son ventre est une aliénation de la femme » car « il y a eu des erreurs au début »… Ce n’est pas la GPA qui est une aliénation mais la misère qui pousse certaines femmes « à louer leur ventre ». Ce sujet vu par l’Eglise, sous cet aspect financier m’interroge car un ouvrier agricole qui donne de son temps, de son énergie, de ses forces, de sa sueur, pour être payé, ne vit-il pas aussi une aliénation ? Ne peut-on pas dire « qu’il loue son corps » ? On paye pour un travail mais on ne paye pas la dose d’amour que cette personne a versée en faisant ce travail. Peut-on oublier cette question argent pour voir que la femme qui agit ainsi, peut le faire par amour afin de permettre à 2 personnes de devenir parents ? 

    Dans certains pays, comme pour la transfusion sanguine, la GPA est prévue comme un don, mais cela ne fait rien, l’Eglise s’obstine à dire « louer son ventre ». Je crois que certaines femmes peuvent agir par amour, dans le cadre d’une GPA. Je crois que des progrès ont été faits. Je crois et j’espère que l’Eglise renoncera à voir le mal partout !

      

    Aux derniers instants de ma vie, je veux que l’équipe médicale soulage au maximum mes souffrances éventuelles mais je ne veux pas végéter comme un légume, inconsciente, dans un coma profond. Donc, je réclame le droit de mourir dans la Dignité, après une discussion préalable avec une équipe médicale.

      

    7°) Remerciements :

    Merci à Pierre qui m’a aidée à être la femme libre que je suis devenue. Merci à toutes les personnes qui ont fait une partie de chemin avec moi. Merci au pape François pour son homélie du 15/02/2015. Lorsqu’on regarde la vie du Christ !!! Joie, Espérance, Merci….

      

    Enfin, je voudrais terminer en parlant d’une famille qui m’émerveille ! J’ai changé les prénoms. (Vie en concubinage, mariage civil … Certains diront que ces personnes vivent dans le péché. Mais qui peut dire cela ??? !) 

    Christiane aime Pierre. Ils vivent ensemble. Ils ont un enfant Benoît. L’apprentissage de la vie en couple fut difficile et ils se séparent. Puis Christiane aime Paul. Ils vivent ensemble. Ils ont des enfants : Aimable, Claude, Dominique, Fred. Pierre vient, régulièrement, chercher son fils Benoît. Le départ de l’aîné est une séparation douloureuse pour ses petits frères et petites sœurs car cette vie de l’aîné chez son père est pour eux, pour elles, un profond mystère. 

    Pierre et Paul ont appris à se respecter et à s’apprécier. En entente avec Christiane et toute la famille recomposée, Pierre a emmené, chaque membre de la fratrie afin qu’ils puissent découvrir cette partie méconnue de la vie du frère aîné. Un enfant, pour se construire, a besoin de son père et de sa mère, nous a-t-on martelé.( Blessure pour les enfants orphelins d’un ou des 2 parents) Mais l’enfant a aussi besoin d’autres personnes référentes.  

      

    Et  «  Là où il y a de l’amour, Dieu est présent ! »   

              Alice 

    Télécharger « Lettre 2e syn famille.pdf »

    -----------------------------------------------------

    Articles récents

     

    « Vidéo de lancement Carême dans la VilleHOMÉLIE du pape FRANÇOIS avec les nouveaux Cardinaux »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :