• SUR LES PAS DES PREMIERS FRANCISCAINS AU CANADA - Revue Missions des Franciscains

    SUR LES PAS DES PREMIERS FRANCISCAINS

    AU CANADA


    Du 6 au 13 août 2017, un groupe de 13 jeunes franciscains quittait Trois-Rivières pour marcher sur les pas des premiers franciscains dans le nord-est du continent américain : Les Récollets. À bord de trois véhicules, ils ont parcouru plus de 2000 km en automobile, en bateau et à pied pour se rappeler l’exceptionnel esprit missionnaire de leurs pères dans la vie franciscaine. Ceux qui n’étaient que des noms lointains dans les livres d’histoire de la Nouvelle-France devinrent les héros d’un parcours dans nos racines. Quelques beaux moments.

    Les Franciscains Récollets ont été envoyés sur le bateau de Champlain et, pour la première fois, ont célébré la messe en terre d’Amérique, le 24 juin 1615. Aussitôt arrivés, aussitôt partis, les quatre Récollets se séparèrent immédiatement pour couvrir un territoire immense. Entre 1615 et 1829, il y eut 345 missionnaires franciscains. La plupart étaient européens, mais près de 90 étaient des Canadiens.

    Partir pour ce nouveau pays, à l’époque, était une entreprise hasardeuse et audacieuse. La mer, le fleuve et les rivières étaient les voies de transport; c’est par bateau que l’on voyageait sur tout ce territoire. Les provinces franciscaines du Canada (St-Joseph et Christ the King) ont décidé de convier les jeunes frères à ce parcours historique et missionnaire, marcher sur les pas de leurs pères dans la vie franciscaine. Le tout, en dormant sous la tente.

    UN PARCOURS PLEIN DE NATURE

    Marcher sur les pas des Récollets s’est révélé aussi au sens littéral. Les jeunes franciscains arrivaient des quatre coins du Canada (Vancouver, Edmonton, Calgary, Toronto, Montréal) et même de Rome ! Leur itinéraire était construit de telle manière que de 2 à 3 heures de temps libre, en nature, étaient proposées. Une démarche spirituelle était suggérée. Grâce aux recherches du P. René Bacon (décédé au printemps 2017), un livret d’accompagnement a été fourni à tous les participants. Il contenait des biographies inspirantes de franciscains du XVII et XVIIIe siècles, ainsi que des récits de leurs aventures. C’est dans la nature, avec le fleuve ou la mer comme décors, que les 13 jeunes frères marchaient en méditant sur la vie d’autrefois.

    Les arrêts furent nombreux pour commémorer l’un ou l’autre événement en lien avec les Récollets. La Côte de Beaupré fut le premier arrêt, entre autres pour souligner le lieu de naissance du tout premier récollet canadien, fr. Didace Pelletier. Ensuite, c’est vers Baie-St-Paul et Tadoussac que les frères se sont dirigés. En effet, c’est là le lieu de la toute première arrivée et d’un poste longtemps tenu par les Récollets. Après la traversée à partir des Escoumins, les frères se sont dirigés vers le Parc-du-Bic, où le village a été un lieu important des pasteurs franciscains. Le Cap-à-l’Orignal fut le lieu de la mort dramatique du bon P. Rouillard. Par noyade. Ce dernier nous annonçait déjà la visite de Percé et de l’Ile-Bonaventure (en plus de la région de Rimouski).

    DE PASSAGE EN GASPÉSIE

    À St-Anne-des-Monts, les frères ont commémoré le naufrage du navire La Renommée, duquel seulement 8 passagers survécurent. Le récit qu’en fait le P. Emmanuel Crespel est saisissant d’humanité et de bonté. 

    Quel courage et quel héroïsme ! En toute humilité, il raconte comment il s’est occupé de ses compagnons d’infortune, soit en les soignant ou en les enterrant. Par une demie journée sur la grève, les frères ont médité et célébré la messe en leur souvenir.

    Un tel parcours ne pouvait ignorer Percé et l’Île-Bonaventure, dont les fils de François sont les premiers pasteurs. Ce moment de prière et de contemplation ne sera pas oublié de sitôt!

    Au moment du retour, le 11 août, un arrêt merveilleux nous a permis de saluer nos sœurs Clarisses de Rivière-du-Loup. Tout cela avant de marcher, bientôt, sur les chemins du Vieux-Québec. Le monument à la Foi, juste en face du Château Frontenac, soulignait justement la contribution des Récollets au tout début de la Nouvelle-France. Après une nuit sur l’Ile-d’Orléans, nous avons visité la chapelle et le réfectoire des Récollets (Hôpital général de Québec), encore utilisés par les Sœurs Augustines. Un pur moment de bonheur ! La fin de notre itinéraire fut TroisRivières, avec le couvent des frères (le seul qui subsiste en Amérique du Nord !) et le musée des Ursulines. Mgr Luc Bouchard nous accueille chez lui et nous pouvons admirer de près l’une des belles peintures de Marie, réalisée par le Fr. Luc, récollet du XVIIe siècle.

    PAR-DELÀ L’ITINÉRAIRE

    Partout, le groupe a été très bien accueilli. Les Petites franciscaines de Marie, à Baie-St-Paul nous ont reçus en camping sur leur terrain. Plus tard, c’est la communauté chrétienne de l’Ile-Verte (près de Trois-Pistoles), encore animée par un frère mineur, le capucin Gilles Frigon, qui nous a fait un accueil de rois. Nous gardons aussi un très beau souvenir du site L’Ancre jaune, à Ste-Anne-des-Monts, et du mouvement Les Brebis de Jésus, qui nous ont accueilli les bras grands ouverts.

    Il y avait les désagréments du camping, bien sûr, l’inconfort de longs déplacements, le froid et l’humidité de certaines nuits, les repas sur le pouce ou un peu froids. Un peu de pluie est venue nous déranger à l’occasion, mais globalement, nous avons eu du temps frais, mais généralement ensoleillé.

    Les rigolades, les bons repas, la fête, et les moments de méditation et de prière ont ponctué notre itinéraire. Des jeunes franciscains qui ne se connaissaient pas ou très peu devinrent des frères les uns pour les autres. Par-delà les différences culturelles et la langue, un seul cœur battait parmi nous : celui de saint François et de ses dignes fils, les Franciscains Récollets. À nous de continuer l’aventure avec courage dans le Canada d’aujourd’hui !

    Guylain Prince, OFM

    SOURCE extrait  http://missionsfranciscains.blogspot.ca/  - Novembre 2017

    ----------------------------

    Articles récents- OFS-Sherb
    « Eclairage sur le sens du mot « dialogue » Revue MESSAGE » Janvier - Février 2018AMAZONIE – L’autre grand synode pour l’avenir - E&E »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :