• TÉMOIGNAGE – Réveil écologique - E&E

    « Pour un réveil écologique » est une initiative qui a émergé dans la continuité du Manifeste Étudiant pour un Réveil Écologique, lancé en septembre 2018 et signé par près de 30 000 étudiants provenant de plus de 400 établissements d’enseignement supérieur. Benoît Halgand est un jeune chrétien engagé dans l’opération.

    «Né dans une famille catholique de six enfants, à Angers (Maine-et-Loire), j’ai hérité de mes parents une foi fondée sur l’Évangile, et un désir de suivre le Christ avec un amour vrai pour chaque être humain. Mon engagement pour la question écologique a débuté lors de mon entrée en école d’ingénieur. Je me sentais particulièrement privilégié dans mes études, dans ma famille, et me disais que je ne pouvais pas garder tout cela pour moi. Il fallait que je puisse redonner au monde ce que j’avais reçu. Lors d’un stage de six mois à l’Arche, où j’ai pu prendre le temps de me renseigner sur la question environnementale, j’ai pris conscience de l’urgence et de l’ampleur du changement écologique à effectuer. J’étais déjà sensible à cette question, mais c’est là que je me suis dit qu’il y avait besoin de s’y investir, et que ça pouvait être le combat pour lequel je m’engagerais.

    En septembre 2018, je suis entré dans l’association écolo de Polytechnique. Au même moment sortait le Manifeste étudiant pour un réveil écologique, qui milite pour l’intégration des questions environnementale dans l’enseignement supérieur et au sein des entreprises. J’ai rejoint l’équipe nationale qui porte ce message auprès des décideurs. À partir de 2019, nous sommes allés rencontrer les directions de différentes entreprises. Le message que nous leur portions est le suivant : si elles ne se transforment pas, elles auront de plus en plus de mal à recruter des jeunes talents. Parallèlement à cet engagement, je suis devenu président de la communauté chrétienne de l’X. Je crois que ma foi a beaucoup joué dans la naissance de mon engagement écologique, jusqu’à aujourd’hui. Elle continue de me porter chaque jour et donne du sens à ce pour quoi je fais cela. Car s’engager sur ces combats n’est pas simple tous les jours, la lutte est même un peu désespérante, quelquefois. Les changements à opérer sont tellement immenses qu’on sait qu’il n’y a qu’avec l’aide de Dieu que nous y arriverons. Alors c’est ma foi qui me permet de prendre de la hauteur, et de tout remettre entre Ses mains.

    Je suis aussi entouré d’amis chrétiens très engagés sur la question écologique. Pouvoir vivre notre foi et notre engagement ensemble me porte beaucoup. Je pense que quand on est chrétien, on devrait aller dans les milieux écolo, et être écolo soi-même, car c’est une façon de suivre le message du Christ. Je trouve dommage que beaucoup de jeunes chrétiens refusent encore de s’attaquer à la question écologique alors que c’est la première chose que notre foi nous invite à faire : regarder le monde tel qu’il est, pour pouvoir ensuite l’aimer et le changer ! D’autant que la cause écologique peut être un projet fédérateur au sein de l’Église, nous sommes tous concernés par les transformations à réaliser, les modes de vie à réinventer. Ce n’est pas un combat que l’on peut mener seul ; nous devons réapprendre, collectivement, à vivre sur cette terre. (…)»

    Le journal La Croix lui donne parole dans un entretien récent. Extraits

    Qui sommes-nous = https://pour-un-reveil-ecologique.org/fr/qui-sommes-nous/ 

    Source : La Croix / Recueilli par Claire Riobé,

    et https://eglisesetecologies.com/

    ----------------------------------

    Articles récents
    « Rendre visibles celles et ceux que l’on ne veut pas voir ! - InterBible Pape François : l'Église est proche et compatissante, pas politique »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :