• Un commentaire d'Alice - sur La veuve de Naïm

    La veuve de Naïm
     
    Une prière pour ceux et celles qui luttent pour l’égalité des sexes

    de: Michelle .C. DROUAULT

     
    Un commentaire d'Alice - sur La veuve de NaïmAujourd’hui dans ma paroisse des Alpes maritimes, je n’ai pas regretté d’être « montée » à la messe (la basilique est haut perchée). En effet, j’y ai entendu une homélie inhabituelle et très intéressante sur la place des femmes au temps de Jésus. Les femmes de cette époque, expliquait le chanoine, n’étaient personne ! Considérées comme des marchandises qu’on pouvait acheter, et dont on pouvait disposer à sa guise, destinées au service, la procréation de la descendance et le service de l’époux; elles étaient bien loin d’avoir une place d’êtres humains à part entière. Une place qu’elles ont mis des siècles à  conquérir. L’occupation romaine de la Palestine -l’homme romain avait droit de vie et de mort sur sa famille- n’a nullement amélioré cette situation. 
    L’Evangile du jour, a précisé l’orateur, nous présente une femme dans une position de dénuement et de désespoir absolus : elle est veuve, sans homme pour la défendre et la faire vivre ; et son fils unique vient de mourir. En surcroit de son chagrin, elle est donc réduite à la mendicité selon les codes de la société de son époque. (1)   Par ailleurs, personne ne la plaint, car le judaïsme de ce temps considérait le malheur comme la punition du péché, commis par l’individu, ou sa famille. Bien fait pour elle !        

     

    C’est cette femme que Jésus va relever en tirant son fils de la mort ; « redresse-toi ! » dit- il au jeune homme. En grec, les verbes redresser et ressusciter sont similaires.
    C’est à dire qu’où que nous soyons tombés, nous pouvons renaître.
     
    Jésus, a poursuivi le chanoine, a fait l’impensable pour ses contemporains : donner aux femmes une place d’égale dignité, s’adresser à elles, les traiter en amies (Marthe et Marie) remettre en question les codes qui les maintenaient en servitude (la répudiation) ou les ravalaient à des objets de mépris (les femmes prostituées) ou encore les condamnaient à mort sans jugement (la femme adultère).        D’où le « scandale » qu’il a causé, les « blasphèmes »  dont on l’a accusé : la remise en cause de l’ordre moral de son temps n’était pas pardonnable…. 
    Mais la Parole de Jésus, malgré toutes les déformations qu’on a tenté de lui faire subir,est restée.  
     Dans la prière Universelle, le diacre a demandé à l’assistance de prier pour tous ceux et celles qui travaillent à l’égalité des sexes ! Cela m’a beaucoup touchée, car c’était la première fois de toute ma vie que j’entendais une telle prière ! Une prière appuyée sur des actes : un garçon et une fille servants de messe, portaient la même tenue ; et une religieuse donnait la communion aux côtés du prêtre en bas de l’autel.  Me voici renforcée dans mon combat : être féministe et croyante ! 
     Cependant, pour pousser plus loin la réflexion, peut-on considérer que la rigidité à l’égard de codes sociaux inégalitaires et discriminants, l’invention de la « place de la femme différente et complémentaire », les discours « sur » LA femme, sans laisser aux femmes plurielles la possibilité de s’exprimer, sont des résidus du paganisme et d’un judaïsme archaïque ?   Probablement. 
    Jésus n’a jamais évoqué aucune complémentarité, mais a laissé à chaque femme à laquelle Il s’adresse sa pleine place, sa liberté d’être elle-même. Il n’en a jamais exclu aucune.   Il n’a jamais abordé le sujet de la fécondité des femmes et de la maîtrise de leur corps. Cela leur appartient. Mais les religieux se bouchent les yeux et les oreilles. 

     

    Michelle .C. DROUAULT
     
    Source Par féministes dans Actualités
     
     UN COMMENTAIRE D'ALICE
     
    Cette situation vécue par la veuve de Naïm, expliquée par ce chanoine, me donne à penser, immédiatement à Jn19-27 : « puis Il dit au disciple : ’’voici ta mère’’. A partir de cette heure, le disciple l’a pris chez lui ». Jésus a pensé à la situation de sa mère et lui a épargné le dénuement extrême…Et je comprends alors l’importance de ce verset.

     

    Alice
    ---------------------------------------
    « Frère Pierbattista Pizzaballa nommé archevêque à JérusalemTerra Santa News 24/06/2016 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    christine
    Dimanche 26 Juin 2016 à 08:09

    merci pour ce réconfortant témoignage ; on en a bien besoin!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :