• UNE PRÉSENCE AU CŒUR DES DÉBATS DE SOCIÉTÉ -5 (TDN)

    (doc. 5)

    UNE PRÉSENCE AU CŒUR DES DÉBATS DE SOCIÉTÉ

    Le Centre Justice et Foi

     

    La société québécoise a vécu au cours des derniers mois un débat important sur certaines questions qui se posent dans un contexte où la po­pulation exprime une diversité culturelle et religieuse significative. L'intégration des nouveaux arrivants, l'identité, la recherche d'éléments rassembleurs de la vie collective, l'énonciation d'une laïcité québé­coise et la place des religions dans l'espace public ont été autant de sujets abordés.

    Les réflexions et les propos tenus à cette occa­sion sont interpellants pour des personnes croyan­tes et pour les institutions religieuses. Ils question­nent leur rapport au monde mais aussi mettent en lumière des transformations importantes à réaliser au sein des communautés de foi. Ce n'est pas seule­ment l'identité citoyenne mais c'est aussi l'identité religieuse qui a été invitée à se redéfinir comme iden­tité ouverte.

    Certaines interventions des personnes et des ins­titutions religieuses ont par ailleurs été l'occasion de rappeler que la foi a une dimension collective qui ne peut être confinée à l'espace privé et que les convic­tions religieuses sont sources d'engagement social pour assurer la réalisation du bien commun.

    Au cœur d'un monde sécularisé

    Tout en étant un centre d'analyse sociale dont les prises de position se fondent sur l'Évangile, le Centre justice et foi (CJFY a toujours fait le choix de mener ses réflexions dans une recherche com­mune avec divers groupes sociaux. Dès sa fonda­tion, il a privilégié une inscription au cour d'une so­ciété sécularisée et une pratique de dialogue sur les enjeux du monde (et de la société québécoise) avec des personnes dont l'engagement s'inscrit dans dif­férents horizons de sens, qu'ils soient laïques ou re­ligieux.

    C'est dans cet esprit et animé par une volonté d'être présent au cour du monde que le CJF contri­bue depuis maintenant vingt-cinq ans aux sociaux et religieux de notre époque par sa revue Relations, par ses activités publiques telles que les Soirées Re­lations et par son secteur Vivre ensemble préoccupé particulièrement des enjeux d'immigration. Ce pro­jet, rappelons-le, est né de la volonté des jésuites de faire de la promotion de la justice une dimension indissociable du service de la foi. Les enjeux locaux, nationaux et internationaux sont multiples et le cen­tre a dû privilégier, par un discernement continu au fil des ans, certains champs d'intervention balisant la réalisation de sa mission: projet de société, lutte au néolibéralisme, christianisme critique et condi­tion des femmes. En lien avec la situation des per­sonnes les plus vulnérables de la société, il a été amené à faire des critiques et des propositions fon­dées sur la justice sociale concernant le projet natio­nal, les choix économiques et politiques des diffé­rents gouvernements, l'acceptation du pluralisme et les transformations religieuses.

    Eucharistie et société2

    Cette manière de procéder du CJF a des consé­quences sur la compréhension que nous avons de l'eucharistie et sur la façon de nous situer face à l'évé­nement du Congrès eucharistique. L'eucharistie nous rappelle avec force que le Dieu auquel nous croyons a fait les hommes et les femmes libres et qu'il a épousé pleinement la condition humaine pour les accompagner dans les luttes qui traduisent cette li­berté profonde et assurent une mise en ouvre de leur pleine dignité. L'eucharistie n'est pas une rup­ture avec le monde, c'est une façon d'habiter le monde et de vivre les solidarités humaines. Ce doit être un geste qui donne sens à notre engagement et le nourrit du même esprit qui animait le Christ.

    Depuis une cinquantaine d'années, la tradition des Congrès eucharistiques invite d'ailleurs les hô­tes de l'événement à proposer une œuvre sociale qui se poursuivra au-delà de l'éphémère du rassemble­ment. Lors de la fête de l'Épiphanie  (7 janvier 2008),

     

    moment souvent privilégié dans l'Église catholique pour souligner ou célébrer la diversité des commu­nautés, les organisateurs ont dévoilé que l'œuvre sociale du Congrès eucharistique international de 2008 serait l'appui à la Fondation Marc- Ouellet vi­sant à soutenir l'accueil des réfugiés et des immi­grants.

    Ce choix correspond certainement à un défi im­portant pour le Québec. TI s'inscrit dans la ligne d'une tradition d'hospitalité de l'étranger qui est au cœur même de la foi proposée par l'Église catholique. Il faut redire toutefois que les liens entre l'eucharistie et l'engagement social ne peuvent se résumer à l'ap­pui ponctuel pour une ouvre sociale. Le partage du pain et du vin vécu par les communautés rassem­blées doit être le lieu pour soutenir les solidarités humaines qui se tissent afin d'assurer la reconnais­sance de la dignité de toutes les personnes. C'est cet engagement dont les nouveaux arrivants au Qué­bec ont besoin - qu'ils soient réfugiés ou immigrants.

    Le Québec a besoin que nous fassions des choix collectifs - sociaux, économiques et politiques - qui inscrivent toutes les personnes qui vivent sur son territoire dans un horizon de citoyenneté effective. Cela implique une reconnaissance de leurs apports, incluant la possibilité pour toutes les personnes de travailler dans des conditions qui respectent leur di­gnité. Cela implique aussi d'assurer à tous un accès juste aux droits et aux services qui en découlent. Un engagement en faveur des réfugiés et des immigrants, c'est aussi accepter de se laisser transformer par leur présence et par un vivre ensemble partagé au sein des quartiers, des écoles, des milieux de travail. L'ap­port financier des uns et des autres joue un rôle mais c'est l'accès à une pleine citoyenneté qui fera une différence dans la vie des personnes marginalisées et dans la qualité de notre vie en société. Et de cela, nous sommes tous responsables.

     

    Quelques propositions pour ouvrir l'avenir

    Pour le CJF, l'identité chrétienne dont nous nous réclamons s'inscrit donc dans une histoire et une société concrètes, avec des défis particuliers auxquels notre engagement chrétien doit être sensible et doit apporter sa contribution. Cette identité ne repose pas sur des balises définies une fois pour toutes par un magistère romain. Elle doit être ouverte et capa­ble de remises en question face aux enjeux qui pré­occupent les hommes et les femmes du Québec d'aujourd'hui.

    Nous nous sentons ainsi fortement interpellés par les mouvements sociaux et les réalités sociales qui mettent en lumière des transformations à réaliser, au nom de la justice, au sein de nos communautés de foi. Nous pensons particulièrement aux avancés réalisées par le mouvement des femmes qui ques­tionnent la place accordée à ces dernières dans les institutions catholiques et qui nous invitent à exiger le respect de l'égalité homme-femme dans toutes nos pratiques ecclésiales.

    Comme croyants et croyantes, nous croyons que les nouvelles réalités du pluralisme doivent aussi nous amener à développer des réflexions et un engage­ment de plus en plus œcuménique et interreligieux. Le Québec vit un débat important pour identifier les éléments d'une culture publique commune qui sont à la fois respectueuse d'un parcours historique du Québec et attentive aux apports' des personnes de d'autres origines, cultures et religions au sein de la société. Les croyants doivent être solidaires de cette recherche collective et contribuer à l'élaboration d'éléments rassembleurs pour toutes et pour tous.

    Élisabeth Garand

     

    1. Le site intemet du CJF offre de nombreuses informations complémentaires et des ressources utiles : www.cjf.qc.ca.

    2. Pour aller plus loin. nous vous référons au dossier « Eucharistie et société» de la revue Relations. n° 722 (février 2008).

    La suite LE GRAND ÉCART: PRATIQUE DU CULTE ET PRATIQUE DE LA JUSTICE -6

    « LE GRAND ÉCART:PRATIQUE DU CULTE ET PRATIQUE DE LA JUSTICE -6 (TDN)L'EUCHARISTIE, TABLE DE VIE ET L'ENGAGEMENT -4 (TDN) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :