• Venezuela : le désespoir mène au tragique - AED

     Venezuela : le désespoir mène au tragique - AEDMARIA LOZANO, AED INTERNATIONALE - ADAPTATION FRANÇAISE : MARIO BARD AED CANADA

    Le diocèse de Carupano pleure la mort de 27 personnes dans un naufrage à Guiria

    Les corps sans vie des naufragés s’alignent sur le quai à Guiria. Les uns à côté des autres, gonflés par l’eau, le visage déformé, mangés par les poissons, à moitié nus. Une image qui reflète le côté macabre de la tragédie que vit le Venezuela. Vingt-deux corps ont été ramenés sur la côte, poussés par les eaux plus d’une semaine plus tard. Ils faisaient partie de l’équipage de deux bateaux qui avaient quitté le 6 décembre le village de pêcheurs de Güiria, dans l’État de Sucre, au nord-ouest du Venezuela, pour parcourir les cent kilomètres qui le séparent de Port-of-Spain, la capitale de Trinidad et Tobago.

     Venezuela : le désespoir mène au tragique - AED

    Caritas soutient les familles de victimes mortes en mer.
    L’organisme catholique nourrie, console et donne des soins psychologiques.

    « Ils en ont d’abord trouvé 16, puis ils sont passés à 21, et aujourd’hui nous avons été informés qu’il y a déjà 27 corps. C’est inhumain. On ne sait pas avec certitude combien de personnes se trouvaient sur ces bateaux. Il y a des corps d’enfants, de femmes enceintes, de jeunes. Les gens sont désespérés et ils se lancent dans une aventure qui se termine par une tragédie », a déclaré l’évêque Jaime Villarroel du Carúpano à l’Aide internationale à l’Église en détresse (AED), d’une voix brisée et fatiguée.

     Venezuela : le désespoir mène au tragique - AED
    Le désespoir mène les Vénézuéliens vers les trafiquants

    Le désespoir dont parle l’évêque a conduit plus de 4,5 millions de Vénézuéliens à quitter le pays (sur une population de 28 millions en 2020), fuyant la misère et la faim. Les niveaux de pauvreté et d’inégalité placent maintenant le Venezuela derrière le Tchad et la République démocratique du Congo.

    Des bateaux quittent Guiria presque chaque semaine. Les groupes mafieux font payer 500 dollars US (639 dollars canadiens), des itinéraires dangereux que les trafiquants ont utilisés pour l’essence et la drogue et maintenant pour la traite des êtres humains. « Nous avons une équipe de travail là-bas, nous avons une maison pour les migrants de passage, nous y apportons beaucoup de soutien pour que les jeunes et les gens n’aient pas à partir au péril de leur vie et que ces tragédies se produisent. Malheureusement, nous ne pouvons pas l’arrêter et les familles ici, dans ce diocèse, et aussi au Venezuela en général, sont en deuil », raconte l’évêque de Margarite.

     Venezuela : le désespoir mène au tragique - AED

    Mgr Jaime Villarroe participe à une prière organisé à la mémoire des personnes décédées (15 décembre 2020).

     

    Dans ses déclarations à l’AED, le prélat a également accusé les mafias des deux pays de profiter des besoins de la population et a averti les autorités de ne pas assumer leurs responsabilités. « C’est une situation très complexe et très difficile. Notre peuple s’est tourné vers la prière, la demande, l’exigence, afin que les autorités compétentes puissent répondre à tout ce qui est arrivé à ces familles qui sont pleines de douleur. Priez aussi pour eux », demande l’évêque Jaime Villarroel à l’œuvre.

    Le lieu de la tragédie, à trois heures de Carúpano, est la deuxième ville la plus importante du diocèse. « Nous nous sommes immédiatement rendus à Güiria le lundi 14 pour accompagner les familles par notre présence, en les soutenant par de la nourriture, des soins médicaux et psychologiques, puis nous avons organisé une célébration religieuse pour encourager, consoler et semer un peu d’espoir et de confiance dans le Seigneur », dit Monseigneur Villarroel.

     Venezuela : le désespoir mène au tragique - AED

    Selon les rapports des proches des victimes, les bateaux arrivant à Trinidad et Tobago ont été contraints par les autorités à faire demi-tour, sans leur donner la possibilité de se ravitailler.  La première victime à être sortie de l’eau, sur le quai de Guiria, s’est avérée être la sœur d’un bénévole de Caritas. « Elle était dans un état de décomposition avancé, reconnaissable uniquement par ses tatouages », a déclaré M. Villarroel.

     

     Venezuela : le désespoir mène au tragique - AED

    Le 15 décembre 2020 : des lanternes s’envolent dans le ciel pour rappeler la mémoire des 27 personnes disparues en mer.

     « Nous demandons à Dieu de faire preuve de miséricorde envers nos fidèles, envers notre peuple et de créer des conditions dignes, afin que l’espoir puisse être semé au milieu de cette dure et difficile réalité. Merci à vous et à toutes les autres organisations internationales pour le soutien que vous apportez à notre peuple. Oubliez-nous dans notre douleur », conclut le prélat.

    Procession pour les personnes défuntes, Carúpano, 15 décembre 2020.
    ----------------------------------------------
    « Les vœux d'un GRAND AMI franciscain de France Résultats du sondage débuté le 17 novembre 2020 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jocelyne Leblanc
    Samedi 19 Décembre 2020 à 14:50
    Quelle tristesse ! Qu'ils reposent en paix en présence du Seigneur.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :