• Vidéo Messe du pape - Le Pape à Sainte-Marthe: prier pour les autorités et ne pas oublier les prisonniers

    Le Pape à Sainte-Marthe: prier pour les autorités et ne pas oublier les prisonniers

    Lors de la messe de ce matin, François a invité à prier pour les responsables des décisions à prendre face à la pandémie de coronavirus. Il a également exhorté à ne pas oublier, même en ce moment, ceux qui sont le plus dans le besoin, les enfants affamés et ceux qui fuient les guerres.
     

    Le pape François continue de nous accompagner dans ce moment difficile avec la messe dans la chapelle de la maison Sainte-Marthe dédiée à l'Esprit Saint. Ce jeudi matin, dans son introduction, il a appelé à prier pour les autorités en particulier qui doivent prendre des décisions difficiles en pleine épidémie de coronavirus.

    «Nous continuons à prier ensemble, en cette période de pandémie, pour les malades, pour les membres de la famille, pour les parents qui ont des enfants à la maison ... mais je voudrais surtout vous demander de prier pour les autorités : elles doivent décider et décident souvent de mesures qui ne plaisent pas à la population. Mais c'est pour notre propre bien. Et bien souvent, l'autorité se sent seule, cela n'arrive pas. Prions pour nos dirigeants qui doivent prendre la décision sur ces mesures : qu'ils se sentent accompagnés par la prière du peuple.»

    En commentant l'Évangile du jour de l'homme riche et du pauvre Lazare (Lc 16, 19-31), le Pape a invité à ne pas rester indifférents au drame de ceux qui, surtout les enfants, souffrent de la faim ou fuient les guerres et ne trouvent devant eux que des murs.

    Voici le texte de l'homélie selon l'une de nos transcriptions : 

    «Cette histoire de Jésus est très claire ; elle peut aussi sembler être une histoire pour enfants : elle est très simple. Jésus veut indiquer par là non seulement une histoire, mais la possibilité que toute l'humanité vive ainsi, et même que nous vivions tous ainsi. Deux hommes, l'un satisfait, qui savait bien s'habiller, recherchait peut-être les plus grands couturiers de l'époque pour s'habiller ; il portait des vêtements pourpres et en lin fin. Il s'amusait bien, car chaque jour il s'adonnait à de somptueux banquets. Il était heureux comme ça. Il n'avait pas de soucis, il prenait quelques précautions, peut-être quelques pilules de cholestérol pour les banquets, mais la vie allait bien. Il était tranquille.

    Un pauvre homme se tenait à sa porte : Il s'appelait Lazare. Le premier savait que le pauvre homme était là : il le savait. Mais cela lui semblait naturel : "Je vais bien et c'est ainsi va la vie ... c'est ainsi que va la vie... on s'en sort". Tout au plus, peut-être - l'Evangile ne le dit pas - parfois il lui donnaii quelque chose, quelques miettes. Et ainsi s'est écoulée la vie de ces deux-là. Tous deux sont passés par la loi qui nous concerne tous : mourir. Le riche est mort et Lazare est mort. L'Evangile dit que Lazare a été emmené au ciel, à côté d'Abraham... Du riche on a seulement dit qu'il "a été enterré". Point. 

    Deux choses sont frappantes : le fait que le riche savait qu'il y avait ce pauvre homme et qu'il connaissait son nom, Lazare. Mais cela n'avait pas d'importance, cela semblait naturel. L'homme riche a probablement fait ses affaires, au détriment des pauvres. Il le savait très clairement, il était informé de cette réalité. Et la deuxième chose qui me touche beaucoup est le mot "grand abîme" qu'Abraham dit à l'homme riche. "Un grand abîme a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous." C'est le même abîme qui existait dans la vie entre l'homme riche et Lazare : l'abîme n'a pas commencé là, l'abîme a commencé ici. 

    J'ai pensé à ce qu'était le drame de cet homme : le drame d'être très, très informé, mais avec un cœur fermé. Les informations de cet homme riche n'ont pas atteint le cœur, il ne pouvait pas être ému, il ne pouvait pas être ému face au drame des autres. Il ne pouvait pas non plus appeler un des garçons qui ont servi à table et lui dire "mais, apporte-lui ceci, à cet autre..." le drame de l'information qui ne descend pas au cœur. Même nous, cela nous arrive. Nous savons tous, parce que nous l'avons entendu aux nouvelles ou vu dans les journaux, combien d'enfants souffrent de la faim dans le monde aujourd'hui ; combien d'enfants n'ont pas les médicaments nécessaires ; combien d'enfants ne peuvent pas aller à l'école. Il y a des continents qui vivent avec ce drame : nous savons. Eh, pauvres... et nous continuons. Cette information ne va pas jusqu'au cœur, et beaucoup d'entre nous, beaucoup de groupes d'hommes et de femmes vivent dans ce détachement entre ce qu'ils pensent, ce qu'ils savent et ce qu'ils ressentent : le cœur est détaché de l'esprit. Ils sont indifférents. Tout comme l'homme riche était indifférent à la douleur de Lazare. Il y a l'abîme de l'indifférence. 

    À Lampedusa, quand j'y suis allé pour la première fois, ce mot m'est venu : "la mondialisation de l'indifférence". Peut-être que nous sommes inquiets aujourd'hui, ici, à Rome, parce que "il semble que les magasins soient fermés, je dois aller acheter ça, et il semble que je ne peux pas me promener tous les jours, et il semble que..." : nous sommes inquiets pour nos affaires. Et nous oublions les enfants affamés, nous oublions ces pauvres gens aux frontières des pays, qui cherchent la liberté, ces migrants forcés qui fuient la faim et la guerre et qui ne trouvent qu'un mur, un mur de fer, un mur de barbelés, mais un mur qui ne les laisse pas passer. Nous savons que cela existe, mais le coeur ne va pas ... Nous vivons dans l'indifférence : l'indifférence est ce drame d'être bien informé mais de ne pas sentir la réalité des autres. C'est l'abîme : l'abîme de l'indifférence.

    Et puis il y a une autre chose qui nous frappe. Ici, nous connaissons le nom des pauvres : nous le connaissons. Lazare. Même l'homme riche le savait, car lorsqu'il était aux enfers, il a demandé à Abraham d'envoyer Lazare : là, il l'a reconnu. "Mais, envoyez-le moi !" Mais nous ne connaissons pas le nom de l'homme riche. L'Evangile ne nous dit pas quel était le nom de ce monsieur. Il n'avait pas de nom. Il avait perdu son nom : seulement, il avait les adjectifs de sa vie. Riche, puissant... beaucoup d'adjectifs. C'est ce que fait l'égoïsme en nous : il nous fait perdre notre véritable identité, notre nom, et nous amène seulement à évaluer les adjectifs. La mondanité nous y aide. Nous sommes tombés dans la culture des adjectifs où votre valeur est ce que vous avez, ce que vous pouvez... Mais pas "quel est votre nom" : vous avez perdu votre nom. L'indifférence conduit à cela. Perdre le nom. Nous sommes les seuls à être riches, nous sommes ceci, nous sommes l'autre. Nous sommes les adjectifs.

    Demandons aujourd'hui au Seigneur la grâce de ne pas tomber dans l'indifférence, la grâce que toutes les informations sur les douleurs humaines que nous avons, descendent dans nos cœurs et nous poussent à faire quelque chose pour les autres.»

    source  https://www.vaticannews.va/

    -------------------------------------

    Articles récents
    « COVID-19 - Les messes annulées jusqu’à nouvel ordre - (Au Québec et en France)«Je ne pensais pas voir ça un jour», confie Christian Rodembourg, président de AECQ »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :