• EUCHARISTIE DES PREMIERS CHRÉTIENS 3/4 - Interbible

    EUCHARISTIE DES PREMIERS CHRÉTIENS 3/4

    En mémoire de Jésus

    Eucharistie prem chrétiens

    Fresque paléochrétienne représentant la dernière Cène

    Quand les premiers chrétiens réitérent les gestes et les paroles de Jésus, selon son invitation, ils font mémoire du don que Jésus a fait de sa vie pour le salut du monde. Ce « faire mémoire » n'a rien de commun avec l'acte de se souvenir : c'est la participation effective au geste fondateur du salut, au sacrifice de Jésus. Il en est des premiers chrétiens qui partageaient le Repas du Seigneur comme les Israélites qui célébraient la Pâque : « À chaque génération chaque Israélite doit se considérer comme étant lui-même sorti d'Égypte » (Mishnah, Traité Pesahim 10,5). Ainsi, les premiers chrétiens pouvaient-ils saisir que la participation au Repas du Seigneur était en fait participation au don rédempteur de la vie de Jésus, comme si eux-mêmes avaient été présents à la Cène et au Calvaire.

         Il y a donc un lien entre le fait de célébrer l'Eucharistie en mémoire de Jésus et la démarche du croyant qui entend se rattacher, en communiant au Corps et au Sang du Christ, au sacrifice de Jésus. L'Eucharistie affirme ainsi la réalité permanente de la rédemption pour toutes les générations de chrétiens et de chrétiennes. C'est d'ailleurs dans ce sens que saint Paul explique aux Corinthiens avec quels respect et dignité ils doivent célébrer le Repas du Seigneur : « Toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne. » (1 Co 11,26).

         Les premiers chrétiens ont établi très tôt un lien entre l'Eucharistie et l'amour fraternel. Le témoignage de saint Justin (voir plus bas) ne peut pas être plus clair. De même que l'on fait mémoire de l'amour du Christ qui a donné sa vie pour le salut du monde, ainsi faut-il continuer de faire mémoire de lui en posant des gestes concrets d'amour fraternel et de don de soi à l'égard des plus pauvres de la communauté. Le partage du Corps eucharistique du Christ atteint sa pleine vérité et illustre tout son dynamisme vital lorsqu'il se traduit par des gestes concrets d'amour fraternel. On se situe ici dans la ligne du service mutuel qui est l'autre façon de faire mémoire de Jésus, voulu par lui et symbolisé par le lavement des pieds.

    Texte patristique

    Après cela (l'Eucharistie), nous renouvelons le souvenir de ces choses parmi nous. Ceux qui ont des ressources viennent en aide à tous ceux qui sont dans le besoin, et nous nous prêtons toujours assistance. [...] Ceux qui sont dans l'abondance et qui le désirent, donnent comme ils l'entendent, chacun ce qu'il veut. On recueille ces dons et on les remet à celui qui préside. C'est lui qui assiste les orphelins et les veuves, ceux qui sont dans le besoin par suite de maladie ou pour tout autre cause, les prisonniers, les étrangers de passage; en un mot, il secourt tous ceux qui sont dans le besoin. • Justin, Première Apologie, chapitre 67, paragraphes 1 et 6.

    Yves Guillemette

    Source www.interbible.org

    Autres dossiers

    « Le vrai bon prof - InterBibleFrère - InterBible »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :