• Prière pour l’Église en Chine le 24 mai – Appel de l’Aide à l’Église en Détresse

    Quinze années se sont écoulées depuis que le pape Benoît XVI a institué la Journée mondiale de prière pour l’Église en Chine, qui est célébrée le 24 mai, fête de Marie Auxiliatrice, la sainte patronne du pays. Cette fête est célébrée dans ce pays d’Asie avec une grande dévotion. Avant la pandémie, des milliers de pèlerins chrétiens se rendaient chaque année au sanctuaire de Marie Auxiliatrice à Sheshan, près de Shanghai.

    Dans une lettre datée du dimanche de pentecôte de 2007 et adressée « aux évêques, aux prêtres, aux personnes consacrées et aux fidèles laïcs de l’Église catholique en République populaire de Chine », le Pape Benoît XVI a appelé l’Église du monde entier à prier chaque année pour l’Église en Chine.

    Le souhait de Benoît XVI était de promouvoir plus d’unité au sein d’une communauté divisée entre Église « officielle » et Église « clandestine ». Mais en même temps, le pape émérite voulait aussi viser une plus grande communion entre les catholiques chinois et l’ensemble de l’Église catholique. C’est pourquoi les catholiques sont tous appelés à exprimer ce jour-là leur solidarité avec les chrétiens de Chine.

    Pour lire la suite c'est ICI

    source https://acn-canada.org/

    --------------------------------------

    Articles récents

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Les prédications de Carême débutent vendredi au Vatican - VA

    Les prédications de Carême débutent vendredi au Vatican

    Le traditionnel cycle de catéchèses conduit par le prédicateur de la Maison pontificale, le cardinal Raniero Cantalamessa, se déroulera cette année sur le thème «Prenez, mangez : ceci est mon corps» (Mt 26, 26)
     

    Le mystère de l’Eucharistie sera cette année le fil rouge des prédications de Carême au Vatican. Le thème retenu cette année est en effet l’invitation du Christ lors de la dernière Cène : «Prenez, mangez : ceci est mon corps» (Mt 26, 26), comme l’a indiqué mardi 8 mars la Préfecture de la Maison pontificale.

    Le cardinal Raniero Cantalamessa, prêtre capucin choisi le 23 juin 1980 par saint Jean-Paul II pour être prédicateur de la Maison pontificale, prononcera ses sermons dans la salle Paul VI au Vatican. Les rendez-vous sont fixés les 11, 18 et 25 mars, le 1er et le 8 avril, à 9 heures. 

    Sont invités aux prédications les cardinaux, archevêques, évêques, prélats de la famille pontificale, employés de la Curie romaine et du Vicariat de Rome, supérieurs généraux ou procureurs des ordres religieux appartenant à la Chapelle pontificale, séminaires et collèges de Rome. Le Saint-Père y participe également. 

    Sur notre site vaticannews.va, vous pourrez trouver chaque vendredi un résumé des méditations du cardinal Cantalamessa.

    source https://www.vaticannews.va/

    ----------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  •  

    En février, le Pape prie pour les religieuses et les consacrées

    «Ce mois-ci, nous prions particulièrement pour les femmes religieuses, les femmes consacrées. 

    Que serait l’Église sans les religieuses et les laïques consacrées ? Sans elles, on ne peut comprendre l’Église. 

    J’encourage toutes les consacrées à discerner et à choisir au mieux leur mission en tenant compte des défis du monde dans lequel nous vivons. 

    Je les exhorte à continuer d’œuvrer pour la défense des pauvres, des marginalisés, de tous ceux qui sont réduits en esclavage par des trafiquants. Je leur demande de lutter particulièrement dans ce sens. 

    Prions pour qu'elles arrivent à montrer la beauté de l'amour et la compassion de Dieu en tant que catéchistes, théologiennes et accompagnatrices spirituelles. 

    Je les invite à se battre lorsque, parfois, elles sont traitées injustement, y compris au sein de l’Église, quand leur service, si noble, est réduit à de la servitude. Parfois même par des hommes d’Église. 

    Qu’elles ne se découragent pas. Qu’elles fassent connaître la bonté de Dieu à travers les œuvres apostoliques qu’elles réalisent. Mais surtout par le témoignage de leur consécration. 

    Prions pour les religieuses et les consacrées, en les remerciant pour leur mission et leur courage, afin qu'elles continuent à trouver de nouvelles réponses aux défis de notre temps. 

    Merci pour ce que vous êtes, pour ce que vous faites et pour la manière dont vous le faites.»

     Source  https://www.vaticannews.va/

     

     

     


    ------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Angélus : la foi passe par la disponibilité et l’humilité

    Le chrétien accueille-t-il le Seigneur dans sa réalité quotidienne, avec un cœur simple et ouvert ou bien pense-t-il tout connaitre du Christ et reste-il fermé à tout changement ? C’est la question posée par le Pape François, juste avant la prière de l’Angélus de ce dimanche 30 janvier, aux fidèles réunis Place Saint-Pierre.
     

    Comme chaque semaine, François est revenu sur l’Évangile de ce dimanche, qui relate la première prédication de Jésus à Nazareth, le village où il a grandi. Mais au lieu de rencontrer l’approbation des siens, il ne trouve qu’incompréhension, hostilité et rejet. Et pour cause : les concitoyens de Jésus s’attendaient à le voir accomplir des miracles et des prodiges, mais le Christ n’en fait rien. «Aucun prophète ne trouve un accueil favorable dans son pays», affirme-t-il devant eux.

    En fait, le Christ s’attendait à cet échec, «il savait le risque qu’il prenait». Mais alors «pourquoi va-t-il quand même dans sa ville ? Pourquoi faire du bien à des gens qui ne sont pas prêts à vous accepter ?», peut-on se demander. Pour le Pape, ces interrogations «aident à mieux comprendre Dieu» : «face à nos fermetures, il ne recule pas, il ne freine pas son amour», tout comme des parents continuent à aimer leurs enfants et à leur faire du bien, malgré leur ingratitude. Dieu est ainsi, «mais à un niveau bien plus élevé», nous invitant à croire au bien et à ne rien négliger pour le faire.

    Accueillir le Christ, sans soupçon, ni lamentation

    L’hostilité des habitants de Nazareth renvoie le chrétien d’aujourd’hui à son esprit d’accueil, remarque ensuite le Pape, qui pointe là l’autre enseignement de cet épisode amer des Évangiles. Pour le comprendre, il faut se référer aux deux modèles d’accueil que le Christ lui-même propose : la veuve de Sarepta et Naaman le Syrien. La première accueille le prophète Élie, le second, le prophète Élisée, et cela, dans des circonstances difficiles ; mais tous deux, loin de toute rigidité, se montrent dociles aux voies du Seigneur. Ainsi, «la foi passe par la disponibilité et l’humilité», en déduit le Pape.

    A la suite des prophètes, le Christ «ne se présente pas comme on l’attendrait». Ceux qui s’attachent à des signes extérieurs et puissants, à des «sensations nouvelles» ne le trouvent pas, au contraire de ceux «qui acceptent ses chemins et ses défis, sans se lamenter, sans soupçon, sans critique, ni grimace». Le Christ demande à chacun de l’accueillir dans sa réalité quotidienne, dans l’Église d’aujourd’hui, dans ceux qui sont proches et ceux qui sont dans le besoin.

    Pour le Pape, chaque fidèle devrait s’interroger : «sommes-nous accueillants, ou ressemblons-nous aux compatriotes (de Jésus), qui pensaient tout savoir de lui ? Peut-être qu’après tant d’années comme croyants, nous pensons bien connaitre le Seigneur, avec nos idées et nos jugements. Le risque est que nous nous habituions à Jésus, que nous nous fermions à ses innovations, figés sur nos positions», à rebours de ce que le Seigneur attend de nous : un «esprit ouvert et un cœur simple».

     

     

    Vidéo et texte - Angélus : la foi passe par la disponibilité et l’humilité - VA

     

     

     

     

     

     source https://www.vaticannews.va/

    -----------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Accueil des divorcés remariés dans l'Église catholique, il reste du chemin à parcourir 

    La situation des personnes divorcées remariées ou vivant maritalement au sein de l'Église suscite de très vives réactions parmi les catholiques. Jusqu'en 2016, ces personnes ne pouvaient ni communier ni recevoir l'absolution. Depuis Amoris Laetitia, les choses ont changé. Le pape François souhaite que les divorcés remariés soient accueillis et accompagnés au cas par cas. Qu'en est-il vraiment dans les paroisses ? À entendre les nombreux témoignages des auditeurs de RCF, il reste encore du chemin à parcourir.

    Couple divorcé remarié ne pouvant communier, église Notre-Dame de Bercy, Paris, le 8/11/2013 ©Corinne SIMON/CIRIC
    Couple divorcé remarié ne pouvant communier, église Notre-Dame de Bercy, Paris, le 8/11/2013 ©Corinne SIMON/CIRIC

    Les divorcés remariés dans l’Église, un sujet qui suscite de très vives réactions

    "Mon exclusion des sacrements m’a permis de comprendre que l’Église n’est pas propriétaire du Christ et des évangiles", témoigne Patrick, auditeur de RCF. Comme lui de nombreuses personnes disent ne pas comprendre le magistère de l’Église. "Pendant 15 ans, je n’ai pas pu reprendre la communion et me confesser, raconte Thierry, on a toujours vécu dans la foi et nous continuerons toujours mais ce que je dénonce dans ce principe actuel de l’Église c’est que malheureusement notre Église se cache la réalité…" Mariée à une femme divorcée, Thierry a essuyé le refus d’un prêtre de lui donner l’absolution. "Il ne m’a pas laissé le temps de lui dire que nous vivons comme frère et sœur. Ça a été une très mauvaise expérience."

    Ne pas pouvoir communier et se voir refuser le sacrement de réconciliation donne le sentiment d’être rejeté de l’Église. "Quand j’ai voulu me confesser dans une paroisse à Limoges, quand j’ai parlé à ce prêtre, on aurait dit qu’il avait entendu le Diable, que je n’avais pas à être là dans ce confessionnal et qu’il ne pouvait rien pour moi", raconte Paule, auditrice de RCF dans le Limousin. Pour Nathalie, d'Orléans, il y a une forme d’hypocrisie, admet-elle. "Lorsque je me suis confessée auprès d’un prêtre, il a refusé de me donner l’absolution, mais par contre j’avais une enveloppe il l’a acceptée… Il a quand même pris l’argent d’une pécheresse !" 

    Divorcés remariés : que dit l’Église ?

    Les personnes divorcées remariées ou vivant maritalement ne pouvaient "jusqu’à maintenant" ni communier ni recevoir l’absolution. En fait, ce sont toutes les "personnes en situation irrégulière" qui sont concernées : les couples vivant maritalement sans être mariés comme les couples ne respectant pas les engagements du mariage - c'est surtout l'adultère qui est visé. Ceux-ci n’ont accès, selon le magistère, ni aux sacrements du pardon, de l’eucharistie, ni au sacrement des malades - sauf in articulo mortis, c’est-à-dire juste avant de mourir.

    Des dispositions du droit canon qui s’inspirent des paroles du Christ dans l’évangile : "Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère." (Mc 10, 11-12) Ou encore : "Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !" (Mt 19, 6) Comme le note le jésuite Patrick Langue, "l’évangile est beaucoup plus radical qu’on le laisse penser !"

    Comment donc l’Église peut-elle rejoindre les personnes divorcées ? La question est d’autant plus cruciale qu’en France, par exemple, un couple sur deux se sépare après neuf ans de mariage. Et 8% des familles sont des familles recomposées.  

    Amoris Laetitia : qu'est-ce qui a changé avec l'exhortation apostolique du pape François ? 

    En 2016, le pape François a écrit Amoris Laetitia, "La Joie de l’Amour", suite aux synodes de 2014 et 2015 consacrés à la famille. Une exhortation apostolique qui était très attendue, en particulier sur cette situation des divorcés remariés. Plus de cinq ans après, où en est-on ? Pour certains le texte ne va pas assez loin, pour d’autres il porte atteinte à la ligne que l’Église catholique a toujours tenue. Ce texte, qui parle d’un "discernement personnel et pastoral approprié" a toutefois ouvert des perspectives nouvelles.

    Le pape François a voulu "dépasser la logique du droit canon qui enferme dans la même condamnation ceux qui ont provoqué un divorce, ceux qui l’ont subi, ceux qui se remarient pour donner un beau-père ou une belle-mère à leurs enfants…" explique Patrick Langue, auteur de "Divorcés remariés : de l'exclusion à l'intégration" (éd. Fidélité, 2021). "Il y a désormais un chemin spirituel, au cas par cas... Si quelqu’un vient se confesser et me dit je suis divorcé, je ne vais pas lui dire je ne vous donne pas l’absolution, je vais dire : le pape François a ouvert un chemin, vous pouvez désormais être accueilli et puis rentrer dans un accompagnement personnel."

    Désormais, les divorcés remariés doivent être accueillis et accompagner individuellement au sein des paroisses. Ils sont invités à suivre un parcours spirituel "comparable au catéchuménat", exprime le jésuite. "Et cela peut aller, dans un certain nombre de cas, jusqu’au sacrement du pardon et au retour à la communion… dans la discrétion - de manière à ce qu’il n’y ait pas de scandale." La ligne que tente de tenir l'Église se situe entre la "miséricorde pour ceux qui ont échoué dans leur vie conjugale" et la "très grande exigence pour valoriser et maintenir le mariage chrétien". Le jésuite l’assure, "les deux ne sont pas opposés"...

     
    Accueil des divorcés remariés dans l'Église catholique, il reste du chemin à parcourir - RCF radio- QUELLE PLACE DES DIVORCÉS REMARIÉS DANS L'ÉGLISE CATHOLIQUE ?
     

    source https://rcf.fr/

    -----------------------------------

    Articles récents

     


    votre commentaire
  • Te Deum: Rome doit être la maison commune des plus fragiles

    Comme à chaque 31 décembre, le Pape François a participé aux vêpres et au Te Deum qui marque la fin de l’année 2021. Il a délégué la présidence de la célébration au cardinal Re, le Doyen du Collège des cardinaux, mais il a prononcé l’homélie en s’arrêtant sur l’étonnement, l’émerveillement et la contemplation que suscite la fête de Noël. 

    Le Pape l’a répété. «On ne peut pas fêter Noël sans s'émerveiller», et c’est un émerveillement «qui ne se limite pas à une émotion superficielle, liée à l'extériorité de la fête, ou pire encore à une frénésie consumériste», Plutôt que de «se réchauffer quelques instants avec un feu de paille» il faut au contraire «s'exposer de tout son être à la force de l'Événement ».

    Dans cette période de pandémie qui a «accru le sentiment de désorientation dans le monde entier»«la tentation du "chacun pour soi" s'est répandu», a regretté François. Mais les chrétiens ont un devoir de responsabilité solidaire et fraternelle, particulièrement à Rome, une ville dont tous les habitants «se sentent frères, car cette ville renferme en elle une ouverture universelle, qui lui vient de son histoire, de sa culture; mais surtout de l'Évangile du Christ, qui a ici des racines profondes, fécondées par le sang des martyrs.»

    Une attention particulière à la ville de Rome

    En présence du nouveau maire de Rome Roberto Gualtieri, le Pape a adressé un message particulier aux administrateurs et aux habitants de la Ville éternelle. François a rappelé qu’une «ville accueillante et fraternelle ne se reconnaît pas à sa "façade", à de beaux discours, à des manifestations grandiloquentes. Non. Elle se reconnaît à l'attention quotidienne, portée à ceux qui ont le plus de difficultés», notamment aux familles frappées par la crise, aux personnes handicapées, à ceux qui habitent en banlieue et passent beaucoup de temps dans les transports.

    «Rome est une ville merveilleuse, mais pour ceux qui y vivent, c'est aussi une ville fatigante, malheureusement pas toujours digne pour ses citoyens et ses hôtes, une ville qui parfois se défausse», a reconnu le Pape, qui a donc invité à faire en sorte que Rome redevienne la «maison commune des plus fragiles et des plus vulnérables», afin que chacun puisse retrouver la cohérence et la beauté que la ville inspire.

    Pour prendre ce chemin, il faut suivre Jésus qui «donne de la plénitude au temps, il donne du sens aux actes et aux jours»«L’espérance qu'Il nous donne est l'espérance qui ne déçoit pas», a assuré François au terme de sa dernière prise de parole de l’année.

    Le programme du Pape François pour le 1er janvier

    Ce 1er janvier, le Pape François célébrera à 10h depuis la basilique Saint-Pierre la messe en la Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu, également à l’occasion de la 55ème Journée mondiale de la Paix. Il prononcera ensuite à 12h la prière de l’Angélus depuis la fenêtre du palais apostolique.

    Revoir les vêpres en intégralité.
     
     
     
     
     
     
     
     
    source  https://www.vaticannews.va/
    ----------------------------
    Articles récents
     
     

    votre commentaire
  • Angélus: n’avoir d’yeux que pour Dieu, voilà la vraie humilité

    Le Pape François a fait l’éloge de l’humilité dans son commentaire de l’Évangile lors de l’angélus en la solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie. Dieu, encore aujourd’hui, veut faire de grandes choses avec nous dans notre vie quotidienne, comme il le fit avec Marie.
     

    Xavier Sartre – Cité du Vatican

    Le récit de l’Annonciation est d’abord celui de l’humilité. Dans son commentaire de l’Évangile de Luc (Lc 1, 26-38), le Pape François, depuis la fenêtre du palais apostolique, place Saint-Pierre, replonge les fidèles dans «cette intimité domestique» de la maison de Marie où elle reçut la visite de l’ange. Saluée comme «pleine de grâce», Marie est donc «vide de mal», «sans péché, immaculée» explique le Saint-Père. Ce qui ne la pousse pas à se vanter remarque-t-il. Au contraire, à cette annonce, elle est «toute bouleversée»«elle éprouve de l’étonnement» parce qu’elle se sent «petite à l’intérieur» et c’est «cette petitesse, cette humilité» qui attire le regard de Dieu explique le Pape.

    Libre de soi-même

     

    Voilà «un aspect merveilleux du cœur de Marie» : «ayant reçu le plus grand des compliments, elle est troublée parce qu’elle sent que ce qu’elle ne s’attribuait pas lui est adressé», souligne François. Pas de revendication, pas d’exaltation, pas de félicitation. «Dans son humilité, elle sait qu’elle reçoit tout de Dieu, explique le Saint-Père. Elle est donc libre d’elle-même, totalement tournée vers Dieu et vers les autres. Marie Immaculée n’a pas d’yeux pour elle. Voilà la véritable humilité : ne pas avoir d’yeux pour soi mais pour Dieu et pour les autres» poursuit-il.

    L’humilité, on la voit également dans le lieu choisi par l’ange pour faire son annonce : entre les murs de la maison de Marie, «dans la discrétion», et non sur la place principale de Nazareth. Et c’est là que «battait le plus grand cœur qu’une créature ait jamais eu». Et «c’est une nouvelle extraordinaire pour nous» s’exclame le Pape, «parce qu’elle nous dit que le Seigneur, pour faire des merveilles, n’a pas besoin de grands moyens ou de nos hautes capacités mais de notre humilité, de notre ouverture à Lui et aux autres»«Dieu a changé l’histoire», affirme François, entre les pauvres murs d’une petite maison. Et ce qu’Il fit avec Marie, Il le fait avec nous «dans notre vie quotidienne : en famille, au travail, dans nos environnements de tous les jours»«plus que dans les grands événements de l’histoire».

    Ne pas perdre courage

    François interpelle alors les fidèles : «est-ce que nous y croyons ? Ou pensons-nous que la sainteté est une utopie, quelque chose pour les initiés, une illusion pieuse incompatible avec la vie ordinaire ?». Il demande ensuite à la Vierge de nous libérer de «l’idée trompeuse selon laquelle l'Évangile est une chose et la vie en est une autre» ; de nous éclairer avec enthousiasme «pour l’idéal de la sainteté» qui consiste à «vivre chaque jour ce qui nous arrive avec humilité et joie, libres de nous-mêmes, les yeux tournés vers Dieu et vers le prochain que nous rencontrons»«Ne perdons pas le courage» exhorte François, «le Seigneur nous a donné à tous un bon tissu pour tisser la sainteté dans notre vie quotidienne ! Et lorsque nous sommes assaillis par le doute de ne pas réussir, la tristesse d'être insuffisants, laissons-nous regarder par les "yeux miséricordieux" de la Vierge, car personne qui a demandé son aide n'a jamais été abandonné !».

    source https://www.vaticannews.va/

    Angélus: n’avoir d’yeux que pour Dieu, voilà la vraie humilité - VA

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • Calendrier des célébrations liturgiques du temps de Noël au Vatican

    Le calendrier des cérémonies présidées par le Pape François a été dévoilé pour la période du 24 décembre au 9 janvier, jour des baptêmes dans la chapelle Sixtine.
     

    Le Bureau de presse du Saint-Siège a annoncé le calendrier des célébrations liturgiques pontificales pour l'Immaculée Conception et le temps de Noël. Ce sont des semaines centrales et intenses pour les croyants qui clôturent l'année 2021 et commencent la nouvelle année en décembre et janvier.

    Mercredi 8 décembre - Solennité de l'Immaculée Conception

    Afin d'éviter les rassemblements et le risque de contagion au Covid-19 qui en découle, au lieu de l'habituel hommage public à l'Immaculée Conception, place d'Espagne à Rome, le Pape François accomplira à nouveau un acte de dévotion privé, priant la Vierge de protéger les Romains, la ville dans laquelle ils vivent et les malades qui ont besoin de sa protection maternelle dans le monde entier.            

    Vendredi 24 décembre - Solennité de la Naissance du Seigneur

    À 19h30, François présidera dans la basilique Saint-Pierre la messe de la Sainte Nuit de Noël.

    Samedi 25 décembre - Solennité de la Nativité du Seigneur

    Le Saint-Père prononcera son message de Noël et adressera sa traditionnelle bénédiction Urbi et Orbi aux fidèles du monde entier à 12h00.

    Vendredi 31 décembre - Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu

    François présidera à 17h00 les premières vêpres et récitera le Te Deum en action de grâce pour l'année écoulée, en la basilique Saint-Pierre.

    La basilique accueillera également des célébrations le 1er janvier et le 6 janvier.

    Samedi 1er janvier 2022 - Solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu

    Le Pape présidera une messe à 10h00 en la basilique Saint-Pierre. Il s'agira de la 55ème Journée mondiale de la Paix.

    Mercredi 6 janvier - Solennité de l'Épiphanie du Seigneur

    Messe du Pape François à 10h00 en la basilique Saint-Pierre.

    Dimanche 9 janvier - Fête du Baptême du Seigneur

    À 9h30, le Pape François célèbrera la Sainte Messe et le baptême de quelques enfants avec leurs parents.   

    source    https://www.vaticannews.va/

    ------------------------------------

    Articles récents

    votre commentaire
  • PRIÈRE D'OUVERTURE DU SYNODE 2021-2023

    Cette prière sera fréquemment priée et pourquoi pas la faire
    le plus souvent possible
      
    PRIÈRE D'OUVERTURE DU SYNODE 2021-2023

     

    PRIÈRE D'OUVERTURE DU SYNODE 2021-2023

    Télécharger « Prière du Synode 2021-2023.jpg »

    POUR ALLER PLUS LOIN

    --------------------------------------------------------------------

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique