• José, Gérard, Noël et les autres - E&E

    José, Gérard, Noël et les autres

    AVT_Gerard-Leclerc_438Le site du Figaro donne la parole à Gérard Leclerc, éditorialiste à France catholique et Radio Notre Dame. Ce journaliste et philosophe analyse la prise de position de José Bové, soutenu depuis par Noël Mamère (lire aussi le texte au bas de cet article ici), concernant la question de la PMA. Une bonne occasion pour évoquer le clivage idéologique de l’écologie politique française.

     Dans un article sur Reporterre , Noël Mamère a pris la défense de José Bovécritiqué par son camp pour avoir déclaré la PMA incompatible avec les valeurs écologistes. Il lui emboite le pas déclarant que l’extension de la procréation médicalement assistée aux couples homosexuels et la gestation pour autrui n’ont pas à être promues au nom de l’écologie. Que pensez-vous de la position de ces deux frondeurs: est-elle logique? Se convertiraient-ils à l’écologie humaine?

    N’allons pas trop vite en besogne. Mais cet article est très intéressant, Noël Mamère, fait référence à Jacques Ellul, philosophe et théologien précurseur de l’écologie dont il a été l’élève à Bordeaux. Dans le sillage d’Heidegger, celui-ci a pensé une critique de la raison technicienne et sa toute-puissance, qui assujettit l’homme. Jacques Ellul était croyant, il pensait l’écologie dans le cadre de la Création et de la place de l’homme par rapport à cette création.

    Mamère (comme José Bové), contrairement à beaucoup d’autres Verts, a une conception philosophique de l’écologie, charpentée et assez globale. Il comprend bien qu’on ne peut pas être à la fois contre les OGM et pour la PMA, même si cela touche à des problématiques différentes. Il ne réduit pas l’écologie à sa dimension environnementaliste, de simple lutte contre le réchauffement climatique et pour la protection de la nature. Hélas il n’est pas majoritaire dans son camp…

     En effet, dans le même temps les élus EELV Sergio Coronado et Esther Benbassa ont déposé une proposition de loi pour légaliser la PMA. Y aurait-il une profonde division dans le parti des verts, entre les adeptes de l’écologie intégrale et les tenants d’une idéologie libertaire?

    Il y a en effet plusieurs familles chez les écologistes: de l’écologie modérée, à la décroissance, en passant par le fondamentalisme de l’écologie profonde (deep ecology) qui voit dans l’homme un prédateur à abattre. En France, l’écologie s’est alliée avec une certaine extrême-gauche libertaire. Une alliance idéologique qui laisse songeur: on ne voit pas très bien le rapport qu’il pourrait exister entre le libertarisme qui prône l’illimité et la mesure qu’implique l’écologie…D’ailleurs, les libertaires qui se sont ralliés à la cause écologique (type Cohn-Bendit) font souvent preuve d’un écologisme cosmétique, qui défend l’évolution des mœurs avant tout.

    Qu’est-ce que l’écologie chrétienne?

    L’écologie chrétienne s’inscrit dans une vision théologique du monde où la création a été remise à l’homme pour qu’il la domine dans le dessein de la cultiver, de l’enrichir, et non pas de la détruire. On a fait souvent un faux procès au christianisme: celui d’avoir légitimé, par la Bible l’emprise totale de l’homme comme «maitre et possesseur de la nature». Or Dieu dans la Genèse remet la Terre aux hommes en gérance, qui en deviennent les «ménagers» mais qui ont aussi pour mission de sauvegarder la création.

    L’écologie est-elle un une forme de conservatisme?

    L’écologie est une forme de sagesse fondée sur le respect du cosmos et de la vie. Elle réside tout de même principalement dans la préservation de l’intégrité de la nature, dans un respect de la création qui s’oppose à la primauté de la technique, et à une certaine mentalité progressiste agressive. Ellul notamment s’est opposé à l’idée selon laquelle la technique allait sauver l’homme, et à la conception des Lumières d’un progrès associé à la science. Günther Anders, le mari d’Hannah Arendt, philosophe allemand, a lui aussi critiqué la modernité technicienne. Dans L’obsolescence de l’homme, il met en garde contre la primauté de la technique qui transforme l’homme en objet et le rend donc obsolète.

    Une opposition à la technique qui conduit donc à un refus de la PMA et de la GPA…

    Oui, l’écologie chrétienne s’oppose à la technicisation du corps de la femme impliquée par la PMA et la GPA, qui consistent en une intrusion de la technique au cœur même du rapport fondamental de l’homme et de la femme, ce qui du point de vue d’une écologie intégrale, est inacceptable.

    DL

    Source : Par Eugénie Bastié, publié le 16/05/2014 à 10:40

    source http://ecologyandchurches.wordpress.com

    Articles récents

    « Homélie du 6ème dimanche de Pâques - 25 mai -14L'esprit de fraternité dans la vie de couple - Suzanne via la NRF »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    andré
    Lundi 19 Mai 2014 à 15:33

    Cela confirme ce que je pensais depuis déjà quelque temps: l'écologie est la religion du XXIe siècle...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :