• PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES (7/7) - Élisabeth

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES,
    fin de la série  

     

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES - Élisabeth (5)

    A QUOI S’OCCUPE DIEU?

     A QUOI S’OCCUPE DIEU?

     Mais à quoi s'occupe donc Dieu depuis qu’Il a cessé de créer demanda un jour un citoyen  romain à un sage du Talmud.  A faire des mariages (yéhoudim), lui répondit celui-ci.

    Le mot Yéhoudim vient du verbe yahad s'unir, s'associer et de yihoud retraite, intimité, unicité.  Il ne s’agit donc pas seulement pour Dieu de s’occuper d'unir un homme et une femme mais d’opérer des unions à tous les niveaux de sa création en partenariat avec l'Homme afin d'unir le monde d'en haut avec le monde d'en bas.

     Tout est créé  ici bas, selon le principe de celui qui donne, principe masculin; et de celui qui reçoit, principe féminin, pour une mise au monde c’est-à-dire, une mise en chair du divin,  de l'infini dans le fini, sans  que ce dernier n'explose ou ne s'annule,  sans qu'il y ait fusion ou confusion pour que Son règne arrive, comme nous le demandons chaque jour dans la prière du Notre Père.

     Ici bas, le principe masculin s’incarne dans un homme et le féminin dans une femme.

    Il est  écrit:( Genèse 1, 27): Dieu créa l'homme(Adam) à son image, c'est à l'image de Dieu qu’Il le créa, mâle et femelle Il les créa.

     Le Zohar explique que Dieu créa tout d'abord  l'être humain androgyne, l'homme et la femme  étant liés dos à dos, puis Il les sépara pour les mettre  en vis à vis afin que  dans ce face à face naisse le principe médiateur l'Amour. Seul l'homme unit à une femme porte le nom d'Adam.

    Se marier  c'est devenir Adam, c’est  reconstituer  le visage de l'UN. Chaque couple  démultiplie à l'infini d'une manière unique par son union, le visage de celui qui est l’Amour.

     On ne s’étonnera donc pas  d’apprendre que beaucoup de  jeunes mariées choisissent de lire un passage des Cantiques des Cantiques à leur cérémonie religieuse. Pour eux le texte est sans mystère, il parle de l'amour entre un homme et une femme et ils n'ont qu'une ambition vivre leur histoire,  au sein de leur couple, avec la même intensité.

     Pour le judaïsme et l’Eglise le mariage est une institution divine, Il  est  écrit dans la Bible, Genèse:2: « ...et l'homme s'attachera à sa femme  quittant son père et sa mère pour former une seule chair ».

     Le mariage en hébreu se dit quidoushim de la racine qadosh saint qui signifie aussi mettre à part. La femme est consacrée à l'homme. Elle est sa maison et ensemble ils vont faire de cette maison un Temple c’est-à-dire, une demeure pour Dieu. Ils allument une lumière dans la nuit de la matière qui illuminera le chemin des pèlerins que nous sommes, et  qui donnera naissance à d'autres lumières nées de la fécondité de leur union, jusqu'à ce que la terre entière soit Sa demeure et que Son règne advienne.

     Le mariage chrétien est un sacrement, signe sensible de l'amour du Christ pour son église qu'il a aimé jusqu'à donner sa vie pour elle, un amour éternel que rien ne saurait  séparer.  C'est pourquoi  l'homme et la femme se font le don mutuel de leur personne jusqu'à ce que la mort les sépare. Le mari est le Christ, l'épouse, l’église  auquel il se donne tout entier. (St Paul 2phésien 5,25 28). Il s'agit d'aimer comme le Christ à aimer.

     Mais le Christ qui fait toute chose nouvelle a ouvert un autre chemin d’union, celui des consacrés, qui est, nous dit –il  la préfiguration  de ce que chacun d'entre nous vivra dans le monde futur lors de ses noces  avec le Christ. Les consacrés vivent dès à présent, cette union à lui, répondant à un appel particulier du Bien Aimé.

     Moïse, lui même vécu par la suite de sa vie en consacré. Nous le savons d'un Midrash à propos de l'épisode où Myriam et Aaron parlèrent contre Moïse au sujet de sa femme. Son épouse s'en étant plainte, ils lui reprochaient de ne plus remplir ses devoirs conjugaux depuis qu'il avait été sanctifié... La colère de Dieu éclata contre eux  parce qu'ils n'avaient pas craint de dire du mal de Moïse Son serviteur avec qui Il parlait bouche à bouche. Myriam devint lépreuse et son frère intercéda pour sa guérison. Celui qui est tout à Dieu et pour qui Dieu est tout ne saurait être à un autre et la chasteté n’est pas un manque mais le signe visible de cette union. (Nombre 12)

     Quoiqu'il en soit, que nous soyons mariés, veufs, divorcés, célibataires  ou consacrés nous avons aussi à réaliser dans le même temps ou après, selon notre histoire personnelle, notre mariage intérieur.  Unir en nous, puisque nous sommes composés des deux, le principe masculin et le principe féminin, notre côté droit et notre côté gauche, notre raison et notre intuition qui guerroient  sans fin à l'intérieure de nous afin d'accéder à la ressemblance, de devenir Adam ou plus justement fils d’Adam, expression que le Christ emploie lorsqu’il parle de lui. En l’homme Jésus était réalisée l’union parfaite du féminin et du masculin c’est pourquoi il est le Fils de Dieu.

     Ici bas l'être humain qu'il soit homme ou femme est féminin par rapport à Dieu comme la matière l'est par rapport à l'esprit, le corps par rapport à l'âme. Il s'agit non plus qu'ils luttent chacun de leur côté pour une prise de pouvoir, pour s'assujettir, se rejeter ou s'ignorer,  mais qu'ils s'interpénètrent,  totalement  avec bonheur. Lorsqu'on dit que l'a femme est l'avenir de l'homme on ne parle pas de la femme, ce qui nous conduirait à nouveau à une guerre des sexes,  mais du principe féminin qu'il nous faut retrouver, exprimer, déployer.

     Que la terre entière soit enfin épouse. Que nous nous laissions pénétrer  par le Verbe de Dieu,  qu’il travailler notre matière homer (peut être lu hamor âne, la monture du Messie) jusqu’à ce qu'elle devienne une forme,  un  réceptacle afin qu'il se déverse enfin  en nous tel un torrent. N’a-t-il pas dit à Sainte Catherine de Sienne.« Fais toi capacité, je me ferai torrent » ?

    La mission du troisième millénaire c'est  de développer  nos forces féminines: l'accueil, l'ouverture, le lâcher prise, la fécondité, la maternité intérieure en un mot  retrouver et s’approprier  le OUI de Marie.

     Le chemin du couple, de chaque individu comme celui du moine et de la moniale se rejoignent ici dans la même vocation, celle  d’épouse dans leur corps devenu Temple.

    On se rappelle que le roi Salomon a composé le Chir à Chirim  pour l’inauguration du Temple. La Demeure de Dieu parmi nous, , là où Il passe , au dessus de l’Arche, entre les Chérubins qui se regardaient l’un l’autre, l’un mâle et l’autre femelle. C'est pourquoi Rabbi Akiba a put dire: si toute la Torah est Sainte, le Cantique des Cantiques est le Saint des Saints.

                                               Élisabeth

    « Sur le chemin de compréhension de la théologie de la Libération ? - AliceCette illusion d'un monde " hors souffrance " - Bruno »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Samedi 14 Septembre 2013 à 20:19

    Sersez-vous du moteur de recherche pour cela et autres, il moteur est en haut de la colonne de droite

    1
    gabellier
    Samedi 14 Septembre 2013 à 17:26
    gabellier

    Bonjour Comment puis je recevoir les précedents articles du Cantique des cantiques Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :