• Angélus: comme les Rois Mages, se mettre à la recherche du Seigneur - RV

    Le Pape à la fenêtre du Palais apostolique lors de l'Angélus du 1er janvier 2018.Le Pape à la fenêtre du Palais apostolique lors de l'Angélus du 1er janvier 2018.  (AFP or licensors)

    Angélus: comme les Rois Mages, se mettre à la recherche du Seigneur

    Au terme de la messe de l’Épiphanie qu’il venait de présider à la basilique Saint-Pierre, le Pape François est apparu à la fenêtre du Palais apostolique pour la prière de l’Angélus, en mettant en opposition les trois attitudes humaines face à la venue du Fils de Dieu : la recherche empressée, l’indifférence, et la peur.
     

    Les Mages «n’hésitent pas à se mettre en chemin pour chercher le Messie», ils ont fait un long voyage et cherchent, «avec un grand empressement», à identifier l’endroit où se trouve le Roi nouveau-né.

    Mais l’indifférence des scribes et des prêtres contraste avec la quête des Mages. Interrogés par Hérode, les prêtres du Temple répondent que le Messie doit naître à Bethléem, puisque c’est ce que les Écritures annoncent, «mais ils ne se dérangent pas pour aller trouver le Messie. Bethléem est à peu de kilomètres, mais eux ne se bougent pas.»

    Hérode, lui, «a peur que cet Enfant lui retire le pouvoir». Il demande aux Rois Mages de s’informer sur l’enfant, pour qu’il puisse lui-même venir l’adorer, mais en fait son objectif réel est d’éliminer cet enfant qu’il considère comme un rival.

    Le Pape a invité à s’interroger sur l’actualité de ces trois attitudes. Certains sont tentés aujourd’hui, comme Hérode, «de supprimer ou de faire taire le message de Jésus», considéré comme un obstacle quand on suit «les ambitions humaines, les perspectives plus commodes, les inclinations du mal».

    D’autres, tout en sachant que Jésus est le Sauveur, se réfugient dans une forme d’indifférence, en continuant à chercher à satisfaire avant tout «leur soif de pouvoir et de richesse».

    «Nous sommes au contraire appelés à suivre l’exemple des Mages, a expliqué François, à être prêts à nous déranger pour rencontrer Jésus dans notre vie. Le rechercher pour l’adorer, pour reconnaître que c’est Lui notre Seigneur, Celui qui indique la vraie voie à suivre. Si nous avons cette attitude, Jésus nous sauve réellement, et nous pouvons vivre une vie belle, nous pouvons grandir dans la foi, dans l’espérance, dans la charité envers Dieu et envers nos frères.»

    source 

    -----------------

    Articles récents- OFS-Sherb
    « Clergé : l’homélie doit parler « au cœur », souligne le card. Stella - ZenitPourquoi les reliques des rois mages se trouvent-elles à Cologne ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :