• Conduire les gens consciemment et avec amour dans un TROUBLE nécessaire et conscient -Richard Rohr

    20 octobre 2020

    Conduire les gens consciemment et avec amour dans un TROUBLE nécessaire et conscient -Richard RohrLe premier jour de l'automne (21 septembre), je vous ai envoyé une lettre intitulée «Quelques conseils simples mais urgents pour nous aider à traverser ces prochains mois.»

    Beaucoup ont répondu que nous devrions continuer avec une telle orientation en cette période apocalyptique [du grec ancien apokalúptō, qui signifie divulguer ou révéler].

    Il semble que nous ayons besoin maintenant d'une chute nécessaire, c'est donc ce que j'espère partager avec vous chaque fois qu'une inspiration surgit. Je voudrais intituler cette série de communications Lettres de l'extérieur du camp. Si ma signification n'est pas immédiatement apparente, je pense qu'elle le deviendra dans les mois à venir.

    Beaucoup d'entre vous connaissent probablement mon utilisation du paradigme Ordre> Désordre> Réorganiser pour décrire le modèle universel de changement et de transformation. Après ma dernière lettre, un membre du personnel du CCC m'a fait remarquer que j'avais tendance à appliquer ce paradigme de deux manières.

    Dans le premier cas, j'essaye de montrer aux Américains (et aux autres nationalités par association) comment s'épanouir spirituellement au milieu du TROUBLE de l'Empire et de l'Église impériale, une version du christianisme qui s'est laissée cooptée et déformée par les illusions de "Empire." Que vous soyez orthodoxe, catholique ou protestant, c'est ce que la plupart d'entre nous ont reçu - en grande partie sans savoir ce qu'on nous a donné. Considérez: la tolérance et le soutien généralisés de l'esclavage des êtres humains, la doctrine de la découverte qui nous a permis de coloniser et d'opprimer les peuples autochtones, le désordre profond de deux guerres mondiales et de l'Holocauste, la perpétuation de Jim Crow et la suprématie blanche par les grandes cultures de déni. Ce n’est qu’avec le recul, alors que nous sommes capables de tracer l’arc de l’histoire et de reconnaître la profondeur de notre aveuglement, que les conséquences de cette cooptation deviennent si humiliantes.

    Dans le second cas, j'utilise ce paradigme pour encourager et guider ceux qui sont prêts à sortir du Désordre et à REORDER. Dans mes divers livres et méditations, je fais souvent référence à cela comme la deuxième moitié de la vie, ou la résurrection, le rétablissement, le salut, la vie non-violente, la troisième voie ou simplement l'illumination. Je crains que ce groupe ait toujours été une minorité à chaque âge, car les conservateurs ont tendance à se cacher dans un ordre présumé parfait et les progressistes se perdent souvent dans un désordre perpétuel qui manque de centre. Pour reprendre la métaphore de Jésus, lorsqu'une personne aveugle essaie d'en diriger une autre, elles tombent toutes les deux dans la fosse (Matthieu 15:14). Je ne dis pas que tout le monde a été perdu au cours des 2000 dernières années - pas du tout; mais, je dis que nous n'avons pas révélé au monde plus qu'une bouchée de la grande Bonne Nouvelle qu'est l'Évangile. Ils pourront sûrement m'accuser des mêmes années 2000. Dieu comble toujours les lacunes par la grâce et la miséricorde et cela ne changera jamais. Il ne semble pas y avoir d'âge utopique.

    Mais maintenant, ce que je vais essayer de faire est de conduire les gens consciemment et avec amour dans un TROUBLE nécessaire et conscient - qui fait partie de ce que je pense que John Lewis entendait par «Bon Trouble» et les prophètes hébreux par EXIL.

    Voici une version mise à jour d'une brève méditation que j'ai écrite et offerte à notre personnel du CCC peu après le début de la pandémie en mars dernier. À ce stade, je soupçonnais que cela pourrait être ce que la pandémie dit au monde.

    Humanité, vous êtes tous Un.
    Vous êtes une communauté bien-aimée,
    et vous êtes une maladie mondiale.
    Vous êtes tous contagieux - et avez toujours été,
    infectant inconsciemment et pourtant capables de se bénir mutuellement.

    Il n'y a ni supérieur ni inférieur dans ce monde.
    Il n'y a ni intelligent ni stupide; pas totalement vrai ou totalement faux.
    La seule division significative est entre ceux qui servent
    et ceux qui se laissent servir.
    Tout le reste est une posture temporaire.

    Beaucoup pour qui vous recherchez le pouvoir et le leadership
    ont montré qu'ils avaient les mains, les esprits et les cœurs vides.
    Nous sommes privés de toute explication satisfaisante,
    tous les grands livres méritants et non méritants.
    Il n'y a pas de réponses parfaites ou de héros absolus.
    Nous devons tous porter un masque pour protéger l'autre de «moi».

    Ne jouez pas la victime!
    La victimisation est toujours une perte de temps - le temps de Dieu et le vôtre.
    Essayez plutôt de tirer les leçons importantes.
    Nous sommes tous dans la même école primaire maintenant.
    Ici, il faut apprendre à se tenir à deux endroits différents
    et de changer de place souvent.
    Les servis doivent aussi être les serviteurs,
    et les serviteurs doivent aussi être servis.

    Restez simplement dans le cercle éternel des Souffrances et des Serviteurs.
    Les chrétiens l'appellent le corps du Christ.
    Nous ne sommes ni la première ni la dernière génération
    cela arrive à souffrir et à servir sur cette terre.

    Beaucoup de choses se sont passées depuis les premiers jours de la pandémie, mais la réalité fondamentale de l’interdépendance de l’humanité reste aussi vraie maintenant qu’elle l’a été à chaque moment de notre histoire. Mais, comme l'a dit le Pape François dans sa récente encyclique (Fratelli Tutti [1] ou All Brothers - and Sisters par implication).

    Si tout est lié, il est difficile d'imaginer que ce désastre mondial ne soit pas lié à notre façon d'aborder la réalité, notre prétention d'être les maîtres absolus de notre propre vie et de tout ce qui existe.

    Le désordre est déjà sur nous en raison de notre planète, de notre histoire, de notre politique, de notre économie, de la pandémie COVID-19 et de l'augmentation généralisée de la maladie mentale et émotionnelle. Notre travail est de créer de «bons problèmes» - et probablement même des «problèmes nécessaires» - afin que l'humanité puisse mûrir spirituellement et politiquement.

    Il s'agit de tomber - mais, comme toujours, de tomber vers le haut.

    Richard Rohr

     

     

     

    -------------------------------------------------------------

     

    « Audience: ne pas prier et vivre comme si Dieu et les pauvres n’existaient pas - Pape FrançoisL'accord provisoire entre le Saint-Siège et la Chine renouvelé pour deux ans - VA »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    georgette
    Dimanche 25 Octobre à 10:28

    Mille merci a Richard Rohr pour sa reflexion si aidante.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :