• PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES le 6e

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES le 6e
    et d'autres à venir

    NEUVIEME POEME

     

    PRIER AVEC LE CANTIQUE DES CANTIQUES - Élisabeth (5)

    La Bien Aimée

    Au jardin des noyers je suis descendue pour voir les jeunes pousses de la vallée,

    pour voir si la vigne bourgeonne, si les grenadiers fleurissent.

     

    Dans la Bible, l’homme est souvent comparé à un arbre et plus précisément  à un arbre des champs (Deut 20,19).  Dieu y est  également désigné sous des noms différents qui expriment un de Ses attributs(la Justice, la paix, la Miséricorde…). Un de ces Noms est Shadaï, le Tout Puissant, qui lu Saddé, signifie champs. L’être humain est  tel un arbre planté dans le champ du Seigneur.

     Les pieds sous la terre, la tête dans les étoiles, tendue comme un arc, je n’ai qu’un seul  but mon Dieu, que Tu te délectes de tous mes fruits car je n’ai d’autre désir et de bonheur que de Te réjouir.

     Je voudrai, comme  la vigne produire  le vin doux et enivrant  du festin des noces et me bonifier jusqu’à devenir  vin de messe, coupe du salut. Je voudrai, comme la grenade m'emplir toute entière de bonnes actions comme autant de grains juteux qui feraient tes délices.  

    Je descends  chaque jour, dans l’humide et le noire de mes terres intérieures m’abreuver à la  source  cachée,  eau précieuse qui coule du côté du Temple,  Ton côté  Seigneur percé pour moi,  sève de vie que je fais monter dans tout mon arbre jusqu’à la plus haute cime, pain de vie.

    Je  descends tout d’abord dans le jardin des noyers, c'est par eux que tout commence, briser la coque de mon égo et de mon mental,  ôter tous mes masques, mes vêtements,  toutes les membranes qui recouvrent le fruit, jusqu'à la dernière, celle qui adhère comme une seconde peau et qui ne s'arrache que dans un cri plus puissant et plus prolongé que tous les autres déjà poussés pour la mise au monde de celui qui criera  Abba. Du Fils.

     

    EPILOGUE

    Mets moi comme un sceau sur ton cœur, comme un sceau sur ton bras.
    Car l'amour est fort comme la mort
    , la jalousie inflexible comme le Schéol.
    Le Schéol  selon la tradition juive est un lieu souterrain situé au plus profond de l'abime où les morts mènent une vie léthargique dans l'attente du jugement et de la résurrection. Une sorte de tombe commune de l'humanité. A l'époque du second Temple, le concept évolue et on établie dans ce séjour deux parties distinctes ; une  pour les impies et une pour les justes. Celle des justes s'appelle le sein d'Abraham,  le Christ  le  cite, dans la parabole  du riche et de Lazare (Luc 16)

    Chéol a la même racine que le verbe shoél,  demander, questionner. C’est le lieu où on s'interroge sur son parcours terrestre. La réponse téchouva  en hébreu se trouve justement dans ce mot qui signifie aussi repentir et retour à Dieu.

    Mets moi comme un sceau.

    Dans le texte hébreu  il n'est  pas précisé si c'est le Bien Aimé ou la Bien Aimée qui parle: La tradition juive  y a vu une indication de la pratique de la pose des phylactères sur la tête  siège de l'intelligence, et sur le bras gauche, côté du cœur, siège de l'émotion. La tête éduque le cœur pour l'action juste.

    Le sceau est assimilé à la dernière lettre de l'alphabet hébraïque  le Tav, qui signifie marque, signe. Le Tav s'écrivait anciennement comme une croix  et  est considérée comme la signature du Roi sur Sa création, selon le principe de la cabale  qui enseigne que le début s'enracine dans la fin et la fin dans le début.

     Élisabeth

    RETOUR À L'ACCUEIL

    « Chapitre des nattes du Mouvement Franciscain Laïc - Revue MESSAGEChair - InterBible »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Léon Maurice Houde
    Jeudi 22 Août 2013 à 20:06

    Belle réflexions qui me permet de me faire réfléchir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :