• Témoin de la souffrance et de l'amour - Frère Luke, ofm





     

    Il semble que l'on parle très peu des réfugiés qui continuent à faire face à la dangereuse route entre la Turquie et les îles grecques du Dodécanèse; comme si c'était un phénomène oublié. Mais croyez-moi, ils continuent à y arriver: ce sont des Syriens, des Irakiens, des Iraniens, des Afghans, des Kurdes et bien d’autres. Et malheureusement parmi eux, il y a beaucoup d'enfants. Les réfugiés syriens sont hébergés dans un centre appelé "hotspot", tandis que les non-syriens sont hébergés ailleurs.

    Lorsque j'en ai la chance, je leur apporte de l'aide, mais la plupart du temps, ils m'aident, dans leur simplicité et leur générosité.

    Un samedi, j'étais à Lero pour célébrer la mémoire des Italiens déchus et inaugurer un nouveau centre culturel italien sur l'île. C'était une belle journée ensoleillée et nous nous sommes assis sur un banc à l'ombre, en attendant la cérémonie.

    À un moment donné, deux enfants se sont approchés et m'ont demandé en arabe si j'étais l'imam. J’ai sourit en répondant en arabe pour expliquer que j'étais en fait le prêtre catholique. Ils ont commencé à me poser des questions: ils voulaient tout savoir sur les prêtres et quelles étaient les grosses perles (la couronne franciscaine) que je portais, quelle était la croix suspendue entre ces perles et qui était suspendue à la croix.

    Pendant ce temps, la rumeur s'est répandue que je parlais un peu l'arabe et, dans quelques minutes, nous étions entourés d'une myriade d'enfants, tous très heureux de partager leurs histoires, de nous présenter leurs frères, leurs sœurs, leurs mères et les pères (ceux qui les avaient). Les enfants restent toujours des enfants. Malgré les horreurs du passé, les scènes horribles qu’elles ont vues et vécues dans leur courte vie sont facilement oubliées dans la joie du moment, en bonne compagnie et sous un beau soleil.

    Pendant que nous parlions, le père d'un des enfants a donné à son fils et à ses amis des pièces de monnaie pour acheter des bonbons. Pour moi, ce n'était pas une surprise de les voir ouvrir leurs précieux cookies et les offrir à tous les participants, en sachant l'importance de l'hospitalité du Moyen-Orient et leur besoin naturel de partager.

    Et pourtant ce geste généreux et spontané, avec tout ce que ces gens ont dû passer, m'a ému. Ils ont si peu, mais si peu qu'ils l'offrent aux autres, sans réserve.

    Je repense souvent à cet épisode et je remercie toujours Dieu car nous sommes la possibilité, nous avons l’occasion d’aider les réfugiés et les pauvres sur ces îles, à l’image de saint François qui a aimé les pauvres avant tout, traçant les étapes de sa vie. Seigneur et Maître Rencontrer ces gens pour moi est une grande grâce.

    Et quel exemple ces enfants sont! Je suis sûr qu'ils auraient beaucoup à apprendre aux hommes les plus riches du monde. Comme ces paroles de notre Seigneur sont vraies : "N'empêchez pas les petits de venir à moi parce que le royaume de Dieu appartient à ceux qui leur appartiennent".

    Avec amour
    Frère Luke, ofm

     voir aussi http://www.terrasanta.net/tsx/lang/fr/home-page

    ----------------

    Articles récents- OFS-Sherb
    « Point presse du Synode: le Pape invite les jeunes à «secouer l’Église» - VAHomélie - 29ÈME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE -21 octobre 2018 »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :