• Homélie du 16ème dimanche du temps ordinaire - 18 juillet 2021

    Homélie du 16ème dimanche du temps ordinaire

    Abbé Jean Compazieu | 11 juillet 2021

    Rassemblés, nous sommes nourris
    par la Parole de Vie
     

    Homélie du 16ème dimanche du temps ordinaire - 18 juillet 2021 

    Textes bibliques : Lire
     
    Les textes bibliques de ce dimanche nous parlent du pasteur. Nous avons tout d’abord le prophète Jérémie qui distingue les bons et les mauvais pasteurs. Dans la seconde lecture, saint Paul évoque le rassemblement de l’humanité dans la paix grâce au Christ. Enfin, dans l’Évangile, saint Marc nous montre Jésus face aux foules : “Il fut saisi de pitié parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger.”

     

    La volonté de Dieu c’est de rassembler tous les humains près de lui et entre eux. Il veut les inviter à la paix. La première lecture nous dit qu’il n’est pas content des rois d’Israël. Ces mauvais bergers sont responsables du désastre qui a conduit leur peuple en exil. La grande priorité de Dieu c’est le bonheur de son peuple ; c’est pour cette raison qu’il décide de prendre les choses en main : il ramènera lui-même toutes ses brebis dans leur enclos. Viendra alors un vrai berger qu’il suscitera lui-même.

    Dans la seconde lecture, saint Paul nous apporte un éclairage nouveau sur cette prophétie : il nous invite à nous tourner vers la croix du Christ. En mourant pour tous les hommes, Jésus nous révèle que l’amour de Dieu est universel. Tous ces gens qui s’étaient éloignés de lui sont ses fils. Il veut les réunir tous pour les combler de son amour. Cet amour qui se révèle sur la croix vient annoncer le pardon et la réconciliation des hommes pécheurs avec Dieu. Le mur qui les séparait est abattu. La croix du Christ unit le ciel et la terre. Elle attire tous les hommes à lui.

    Dans l’Évangile, saint Marc nous montre les apôtres qui reviennent de la mission que Jésus leur avait confiée. Ils lui rapportent tout ce qu’ils ont fait et enseigné. Il les invite à venir à l’écart pour se reposer “dans un endroit désert”. Oui, bien sûr, ils en avaient besoin ; mais le plus important est ailleurs : tout apostolat doit se nourrir de méditation et de contemplation. C’est dans le silence et la prière que Jésus se repose. Et de nos jours, nous voyons de plus en plus de gens qui cherchent cette forme de repos dans les monastères.

    Mais nous voyons bien que tout ne se passe pas comme prévu : au lieu du silence dans le désert, c’est une foule immense qui cherche à voir Jésus, à le toucher et à l’entendre. Beaucoup avaient choisi de suivre Jean Baptiste ; mais après sa mise à mort par le roi Hérode, ils se sont rapprochés de Jésus. Face à cette foule, il est saisi de pitié. Il ne supporte pas de les voir partir dans tous les sens comme des brebis sans berger. Alors, il prend lui-même le relai et se met à les enseigner longuement. Lui-même nous dit qu’il est “venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus”.

    Cet Évangile nous renvoie également aux foules d’aujourd’hui. Nous vivons dans un monde blessé par les guerres, les violences, le désespoir. Nous pensons à tous ces enfants qui ne peuvent pas bénéficier de l’école. Ils sont victimes d’exploitation et d’injustice. Ailleurs, des jeunes sont désorientés. Ils deviennent la proie de toutes les tentations. Beaucoup croient trouver leur bonheur dans une secte. D’autres foules courent après l’argent, le confort, les richesses matérielles. Ils croient qu’avec plus d’argent et plus de confort, ils seront plus heureux. Mais ils s’aperçoivent que tout cela ne suffit pas à leur soif de bonheur.

    Le grand manque dont Jésus a pitié, c’est l’ignorance, c’est l’erreur dans laquelle les foules sont immergées. “L’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » Et pour répondre à ce besoin essentiel, Jésus enseigne longuement.

    Le 1er service que Jésus rend aux foules désorientées, c’est de les réorienter. Il enseigne le sens profond de la vie humaine. Le Seigneur, “Berger de toute humanité” ne cesse de nous appeler à revenir vers lui. Lui-même vient à notre rencontre. Il nous rejoint dans l’Eucharistie que nous célébrons en ce dimanche. Il vient nous apporter la lumière de sa présence et la chaleur de son amour.

    Ce don merveilleux que nous recevons du Seigneur, nous ne pouvons pas le garder pour nous. Il nous est donné pour être communiqué à tous ceux et celles qui nous entourent. Prêtres, religieux et laïcs, nous sommes ensemble responsables de cette immense prédication, de cet universel témoignage. Nous avons conscience de nos faiblesses. Nous savons que cette mission dépasse nos possibilités humaines. Mais si le Seigneur nous appelle à lui c’est pour refaire nos forces, nous ressourcer. Il nous envoie vers les foules de notre temps, en particulier les plus petits, ceux et celles qui sont avides de justice et de paix.

    Dans ce monde souvent désemparé et déboussolé, nous sommes tous envoyés pour témoigner de la tendresse de Dieu. En ce jour, nous prions le Seigneur de mettre en nous cette tendresse et cette pitié envers les brebis sans berger d’aujourd’hui.

    Sources : Revues liturgiques Fiches dominicales, Feu Nouveau, Cahiers Prions en Église, Vivre la messe du dimanche 2021, dossiers personnels

    « Méditation - Présent, ouvert, éveillé - Richard RohrUn nouveau ministre général élu à la tête des Franciscains - VA »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :