• JMJ : « Ne restez pas au balcon de la vie ! »

    JMJ : « Ne restez pas au balcon de la vie ! »

    JMJ : « Ne restez pas au balcon de la vie ! »

    Quelque 3 millions de jeunes ont assisté à la messe de clôture des 28e Journées mondiales de la jeunesse (), célébrée par le François sur la plage de Copacabana. Mais au-delà du succès de foule, ce sont les paroles du souverain pontife et la ferveur des jeunes que l’on retiendra. « Soyez des acteurs du changement », leur a lancé le .

    Ferveur, recueillement, enthousiasme, larmes de joie,… il n’est pas assez de mots ou d’adjectifs pour qualifier ce que les 3 millions de jeunes ont vécu lors de la messe de clôture des JMJ au Brésil. Une messe, en présence des chefs d’Etat du Brésil, de Bolivie, du Suriname, et de son pays l’Argentine, qui témoigne de ce que furent ces journées mondiales de la jeunesse. Tout au long de cet événement majeur pour l’Eglise et pour le monde, la foi profonde est apparue comme un véritable moteur du changement. Le pape François ne s’est d’ailleurs pas trompé en déclarant aux jeunes de tous les pays : « N’attendez pas que les autres changent le monde. Soyez vous-mêmes les acteurs du changement ! ».

    De fait, le monde et même la civilisation semblent être à un tournant majeur. En proie à bien des problèmes profonds – crises économique et sociale, perte des valeurs morales, augmentation des inégalités, injustice, etc.-, la planète attend un souffle nouveau. Il est donc encourageant de voir que ceux qui seront les bâtisseurs du monde de demain osent proclamer leur confiance dans le Christ et dans l’Evangile. Car mettre le Christ au centre de sa vie et s’appuyer sur l’Evangile conduisent inévitablement à une société plus juste et plus solidaire.  Voilà pourquoi le pape leur a demandé de ne pas avoir « peur d’annoncer partout le Christ », assurant que « l’Evangile est pour tous ». Il les a exhorté à partir en mission, comme le Christ le fit avec ses apôtres.

    « Ne restez pas au balcon de la vie »

    Le Saint-Père a invité les participants aux JMJ à ne pas laisser « l’expérience de leur rencontre avec le Christ renfermée dans leur vie », expliquant dans une métaphore que se serait comme « priver d’oxygène une flamme qui brûle ». « Jésus-Christ compte sur vous ! L’Eglise compte sur vous ! Le pape compte sur vous ! », a-t-il encore lancé au terme de son homélie, salué par des applaudissements nourris.

    La veille, le souverain pontife avait estimé que les manifestants au Brésil – qui ont protesté contre la crise et le chômage il y a encore quelques semaines  – et ceux qui manifestent ailleurs,  expriment « leur désir d’une société plus juste et fraternelle ». Encourageant les jeunes à devenir des « athlètes du Christ » et des « protagonistes du changement », il les a invités à offrir « une réponse chrétienne aux préoccupations sociales et politiques qui grandissent dans de nombreuses régions du monde ». «  Les jeunes dans les rues veulent être les acteurs du changement. (…) Ne restez pas au balcon de la vie, Jésus n’y est pas resté. Il s’y est engagé ! Engagez-vous-y comme l’a fait Jésus », leur a-t-il lancé.

    Mais le pape François n’a pas tenu à s’adresser qu’aux seuls jeunes. Aux évêques, prêtres et séminaristes présents, il a redit ce qu’il martèle depuis le début de son pontificat : « allez à contre-courant ». Il a également réitéré ce qui semble être l’un des mots d’ordre de son pontificat, à savoir que le clergé doit sortir de ses églises pour aller à la rencontre du monde. Il a rappelé que « ce n’est pas la créativité pastorale, ce ne sont pas les rencontres ou les planifications qui assurent les fruits, mais le fait d’être fidèles à Jésus ».

    Promouvoir la culture de la rencontre

    « Sommes-nous encore une église capable de réchauffer le cœur ? » a interrogé le pape, insistant sur le devoir du clergé d’annoncer l’Evangile. Il a demandé aux prêtres d’accompagner les jeunes dans leur désir de se faire des disciples missionnaires de Jésus. « Non pas au bout du monde, (…) mais déjà chacun dans son propre pays, dans sa propre maison, son milieu d’étude ou de travail, la famille et les amis ». Dernière recommandation du pape François aux ministres de l’Eglise, aux religieux : ne pas économiser leurs forces dans la formation des jeunes et leur éducation à la mission, à sortir, à partir. « Nous ne pouvons pas rester enfermés dans la paroisse, dans nos communautés, quand tant de personnes attendent l’Évangile ! Ce n’est pas simplement ouvrir la porte pour accueillir, mais c’est sortir par la porte pour chercher et rencontrer ! », a exhorté le Pape.

    Autres cibles des paroles du pape, les dirigeants politiques et particulièrement ceux du Brésil. Il a demandé que ceux-ci prennent au sérieux leur responsabilité sociale, en ayant « l’audace d’actions courageuses et libres pour promouvoir le bien commun ». François a demandé que soient entendus les « cris qui demandent justice ». A ses yeux, « l’avenir exige (…) une vision humaniste de l’économie et une politique qui réalise toujours plus et mieux la participation des gens, évite les élitismes et déracine la pauvreté ».

    La veille, des centaines de milliers de jeunes ont dansé un instant avec des évêques du monde entier, salués par une foule enthousiaste. Ce qui a permis au pape de dire aux évêques présents : « Je suis sûr que ces journées vous ont rajeunis ! ».

    Au cours de l’offertoire, le pape François a salué un couple et leur fillette atteinte d’anencéphalie, une malformation congénitale fatale qui pousse de nombreux parents à ne pas garder leur enfant. Devant le pape, le couple arborait des tee-shirts sur lesquels on pouvait lire cette inscription en portugais : “Stop à l’avortement“.

    Une heure avant la célébration, le pape François avait remonté une quatrième et dernière fois la longue plage de Copacabana en papamobile, suscitant le même enthousiasme débordant de la foule que les jours précédents. Les millions de jeunes massés le long des barrières lui avaient lancé des drapeaux qu’il rattrapait parfois, ou encore des courriers dont certains finissaient dans le véhicule blanc.

    JMJ : retour en Pologne

    Vingt-cinq ans après Czestochowa, les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) reviendront en Pologne en 2016, à , ville dont est originaire le Bienheureux Jean-Paul II. Comme c’est l’usage, le pape François l’a annoncé au terme de la messe de clôture des 28e JMJ, ce 28 juillet 2013. « Chers jeunes », a ainsi lancé le pape au terme de cette célébration conclusive, pour les prochaines Journées mondiales de la jeunesse, « nous nous donnons rendez-vous en 2016 à Cracovie, en Pologne ».

    J.J.D.

    Lire l’homélie complète du pape François, prononcée lors de la messe de clôture des JMJ, le dimanche 28 juillet.

    Visitez le magnifique site belge des JMJ : http://rio2013.jmj.be/

    Source http://info.catho.be

    RETOUR À L'ACCUEIL

    Des photos des foules et du pape à Rio

     

    « Homélie du 18ème dimanche du temps ordinaire (4 aout 2013)"J'ai joué de la flûte sur la place du marché" - Alice »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :