• L’injustice continue pour soeur Dorothy - E&E

    L’injustice continue pour soeur Dorothy

    e-e-21m.jpgSoeur Dorothy Stang n’aura donc pas eu droit longtemps à un semblant de justice. Cette religieuse américaine de 73 ans avait été exécutée le 12 février 2005 à cause de son engagement pour la défense des paysans sans terre et des projets de développement durable dans l’Etat brésilien du Para. L’homme arrêté et jugé alors, Vitalmiro Bastos de Moura, un grand propriétaire terrier, reconnu comme étant un des commanditaires du crime, avait été condamné à trente ans de réclusion criminelle. Mais la semaine dernière, cette condamnation a été annulée pour vice de procédure, du fait d’un délai d’étude du dossier jugé trop court par les avocats de défense qui, pourtant, avaient décidé de ne pas participer au procès à l’époque.

    La Commission de la pastorale de la Terre (CPT) de la région constate avec dépit que la volonté d’entraver la justice sur ces questions d’inégalités sociales criantes a donc bien fonctionné au bout du compte. Il faudra donc attendre un quatrième jugement dans cette affaire où l’on devine la pouvoir de nuisance des grands propriétaires terriens de la région.

    Un article récent rapporté par Courrier International évoquant la situation des producteurs de café et de poivre et fait le point sur la violence dans le pays liée aux inégalités criantes dans le monde rural brésilien :

    La violence ne faiblit pas dans les zones rurales du pays. Le 2 avril, Fábio Santos da Silva, un dirigeant du MST, a été criblé de balles par des hommes de main, à Iguaí, dans l’Etat de Bahia. Un mois et demi plus tôt, Cícero Guedes dos Santos, un autre militant de l’organisation, était assassiné à Campos dos Goytacazes, dans l’Etat de Rio de Janeiro, sur des terres occupées depuis 2000. Le nombre de victimes de conflits agraires reste important au Brésil, selon la Commission pastorale de la terre (CPT), une institution liée à l’Eglise catholique : 32 en 2012, contre 29 un an plus tôt. Entre 2000 et 2012, 458 militants ont été tués, majoritairement dans les Etats amazoniens du Pará et du Rondônia, dans le nord du pays. Ces crimes restent le plus souvent impunis. Dernier exemple en date, le 4 avril, le tribunal de Marabá, la capitale administrative du sud-est du Pará, a acquitté un grand propriétaire terrien commanditaire de l’assassinat d’un couple de militants écologistes, membres de la CPT, défenseurs de la forêt amazonienne. Le procureur a annoncé qu’il ferait appel de la sentence.

    Selon l’IBGE [l’Insee brésilien], 18 % des terres cultivables appartiennent à de grands propriétaires (possédant plus de 1 000 hectares), qui représentent moins de 1 % des exploitations rurales.

    Source : Article Urbi et Orbi. Claire Lesecrétain
    DL
    Source http://ecologyandchurches.wordpress.com
    Autres dossiers
    « Compte rendu de mission au Maroc avril/mai 2013 (3 de 7) -SuzanneCertains juges sont moins impitoyables que nous - Bruno »

  • Commentaires

    2
    Jean Michel Joffres
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 19:52

    Merci Richard pour avoir publié ce texte , je le mets sur facebook, comme la plupart des textes que tu publies, avec la mention j'aime. Ainsi ils sont lus par des gens qui ne viennent pas sut ton site . Grand courage à toi J Michel

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Mercredi 22 Mai 2013 à 22:55

    Merci Jean Michel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :