• Homélie du 7ème dimanche de Pâques - 17 mai 2015

    Homélie du 7ème dimanche de Pâques

    Abbé Jean Compazieu 

    Des témoins unis

     

     Textes bibliques : Lire


    Ce Jeudi 14 mai, nous fêterons l’Ascension de Jésus ressuscité. C’était sa dernière apparition à ses disciples. Il disparaît à leur regard. Sa mission terrestre est terminée. C’est celle des apôtres qui commence. Ils sont envoyés dans le monde entier pour annoncer la bonne nouvelle de l’Évangile. Le message a été transmis de génération en génération. Il nous appartient de prendre le relais pour le communiquer autour de nous dans nos familles, nos villages, nos quartiers. Rien ne doit arrêter l’annonce de la Parole de Dieu. Elle est pour le monde entier. 

    La première lecture nous montre que ce témoignage a besoin d’une communauté organisée. Judas n’est plus là. Il faut le remplacer par un témoin de la résurrection de Jésus. Le choix de ce nouvel apôtre ne se fait pas par élection mais par appel à l’Esprit Saint. L’Église de Jésus Christ ne saurait être considérée comme un groupe humain. Sa mission est de retransmettre au nom de Dieu l’Évangile du Christ. C’est donc à l’Esprit Saint qu’il appartient de désigner Matthias. Il est toujours présent dans la vie de son Église. Il ne cesse d’éclairer notre route pour faire de nous des hommes et des femmes de foi.

    La seconde lecture est extraite de la première lettre de Saint Jean. Au moment où elle est écrite, des sectes viennent semer la zizanie en proposant des interprétations fausses de Jésus. Jean intervient pour rappeler une vérité fondamentale : Pour que notre témoignage soit crédible, il nous faut être en communion avec Dieu. On ne peut pas aimer Dieu sans aimer tous nos frères. Le message de l’Évangile ne peut être transmis que par des chrétiens unis par les liens de l’amour. Il nous faut donc rejeter les rivalités, les rancunes qui sont un contre-témoignage pour l’Église. Des chrétiens divisés qui n’arrêtent pas de se critiquer les uns les autres ne peuvent être crédibles. C’est à nos gestes d’amour, de partage et de solidarité que nous serons reconnus comme disciples.
    Dans l’Évangile, nous avons entendu la grande prière de Jésus au moment de passer de ce monde à son Père. Sa grande préoccupation n’est pas de savoir comment l’Église sera organisée ni comment les sacrements seront célébrés. Il sait que ce qu’ils vont mettre en place ne sera pas parfait, mais ce n’est pas cela qui le préoccupe le plus. Son grand souci, c’est qu’ils restent unis : « Qu’ils soient un comme nous-mêmes. » Comprenons bien, la grande mission des disciples du Christ, notre mission de chrétiens, c’est d’être les témoins authentiques de Dieu parmi les hommes.

    Nous sommes envoyés par Jésus pour communiquer au monde l’amour qui est en Dieu. Sa grande priorité, c’est les petits, les pauvres, les exclus, tous ceux et celles qui sont rejetés à cause de leur passé. A travers nous, c’est Dieu qui est là pour leur annoncer la bonne nouvelle et leur redonner joie et espérance. Comme Jésus, nous aurons à pardonner et à témoigner de l’amour de Dieu pour le monde. Cette mission ne pourra être accomplie que par des chrétiens unis.

    Pour parvenir à cette unité, il n’est pas question de chercher des compromis entre les idées des uns et des autres. Ce qui nous est demandé c’est de nous rassembler autour du Christ et de nous unir à sa prière. N’attendons pas d’être parfaits pour nous tourner vers lui. Lui-même nous invite à nous associer à sa prière pour l’unité de ses disciples. Nous connaissons bien nos fragilités, notre péché. Nous vivons dans un monde qui nous regarde vivre et qui ne pardonne pas les scandales dans l’Église. Alors, plus que jamais, nous nous unissons à la prière pour l’unité et la fidélité des siens. Nous accueillons l’amour qui est en Dieu pour qu’il transforme toute notre vie. Lui-même a prié pour que nous devenions l’amour.

    Cet appel nous rejoint aujourd’hui dans un monde qui souffre de la violence. Des hommes, des femmes et des enfants y sont persécutés et massacrés à cause de leur foi au Christ. Quand ils vont à la messe, le dimanche, ils ne savent pas s’ils reviendront vivants. Mais rien ne peut les séparer de cet amour qui est en Dieu.

    En ce dimanche, nous te prions Seigneur pour la réconciliation des peuples, la progression de la justice. Donne-nous force et courage pour travailler à la construction d’un monde plus juste, plus fraternel, un monde rempli de l’amour qui est en toi.

    Sources : Revues Signes, Feu Nouveau, Homélies du dimanche (Mgr Léon Soulier), Guide Emmaüs des dimanches et fêtes.

    Source http://dimancheprochain.org
    ----------------------------------------------

    Articles récents
    « Pardon sous condition ? - AliceMAI 2015 - Franciscans International -''FI'' une voix au Nations Unies »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :