• Relecture de la Bible dans sa langue ‘’l’hébreu’’ pour un autre regard - Art 1- Élisabeth

    Relecture de la Bible dans sa langue
    ‘’l’hébreu’’ pour un autre regard


    Depuis bientôt trois ans je partage en paroisse un travail de relecture de certains mots de la Bible dans sa langue, l'hébreu pour les ouvrir à d'autres sens qui bousculent les  habitudes et mettent en mouvement autrement avec celui qui est le Chemin.

    Ce travail m'a amenée petit à petit à considérer le Christ autrement,  dans sa dimension de verbe. Le verbe de Dieu. Et du verbe de Dieu, je suis passée tout naturellement à mon verbe. Quels mots m'ont construit ou détruit, avec quels mots j'entre en relation avec moi-même, avec les autres ? Quels sont les mots que j'emploie le plus souvent ? Je me suis dit, prendre soin de sa parole c'est quelque part prendre soin du Christ, prendre soin de Dieu  et je suis entrée dans ce que j'appelle une  ascèse de la parole.

    La genèse nous apprend que Dieu a créé le monde par Sa parole, Il dit et cela fut. Les maîtres du Talmud et de la Kabale précisent que c'est avec l'hébreu, la langue sainte  que le monde a été créé, et que si cette parole  s'arrêtait ne serait ce qu'une  seconde, la création tout entière retournerait au néant. Ainsi l'univers tout entier, chacun d'entre nous, est parlé par Dieu à chaque seconde. Que faisons-nous de Sa parole, son souffle, en nous ?

    Chacune des 22 lettres de l'alphabet hébraïque nous dit le Zohar véhicule une énergie divine particulière et unique. En s’assemblant, elles forment des mots qui donnent une forme matérielle à cette énergie lui permettant d'agir dans le monde. À l'instar de Dieu, l'Homme fait à son image et à sa ressemblance par sa parole crée. Selon les mots que nous employons, nous générons de la lumière ou de l'obscurité, de l'amour ou de  la haine. C'est en cela  que nous sommes créateurs de notre vie. C'est bien ce qu'ont découvert certains thérapeutes et autres experts  en communication qui encourage la pratique de la pensée et de la parole positive  afin de transformer notre existence et d'obtenir ce que l'on désire: amour, travail, santé. Mais ce n'est pas de cette parole "magique" dont je veux  parler ici car  mon propos n'est pas d'employer des techniques pour obtenir quelque chose, combler un manque ou répondre à une attente mais d':entrer en relation avec le verbe qui me fonde, avec le Christ en moi, en  nous. Une relation intime, unique, dans un dialogue permanent et transformant qui nous rend canal de Sa lumière.

    Entrer en relation avec celui qui  a dit que votre oui soit oui, que votre nom soit non, c'est faire l'effort à chaque instant d'être dans la vérité de son être afin de pouvoir clamer  avec le psalmiste  (psaume 57) ...mon coeur est prit Seigneur, mon coeur est prêt,  je veux te chanter…NAHON, prêt, en hébreu,  signifie aussi juste. Mon coeur est juste c'est-à-dire, ajusté,  en accord, accordé. C'est seulement lorsque mon coeur est juste, lorsque  je suis en accord avec moi même que je peux louer et servir Dieu en vérité. Cela passe par une ascèse  de ma parole dans Sa parole, de Sa parole dans ma parole, merveilleux travail d'amour du tissage du vêtement de noce.

    Au commencement était le Verbe. C'est ce Verbe que Moïse reçu dans ses mains sur le mont Sinaï. Les dix paroles gravées sur des tables de pierre. L'écriture n'emploie jamais le terme de commandements car Dieu ne commande pas, Il parle, Il nous parle. Il dit JE, et Il nous dit Tu, nous invitant, invitant chacun d'entre nous à un dialogue, à une Alliance. Car ces Tables sont aussi appelées les Tables de l'Alliance, une charte relationnelle qui engage chacune des deux  parties dans une relation d'amour remplie d'exigence.

    Pierre se dit EVEN en hébreu Dans le mot even, le mot Av(père) et le mot Ben (fils) sont  tendrement enlacés. Le Père grave en notre cœur de pierre  Sa Parole, véritable semence divine afin qu'elle fasse de nous des fils au cœur de chair. C'est ce que le Christ, verbe incarné, est venu nous rappeler, et par sa passion, sa mort et sa résurrection, en lui nous devenons des fils. Ne restons pas de pierre, demeurons dans Sa parole.

                                                            Elisabeth

     Autres dossiers

     

    « L'Exortation apostolique Verbum Domini (2/6) - InterBibleNous ne pouvons plus vivre de cette façon si nous aimons la Vie - Bruno »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    dominique
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 20:34

    un grand merci a Elisabeth pour cette belle reflexion inspirée.

    J'ai entendu un prédicateur dire que David avait avant d'aller combattre Goliath pris 5 petits cailloux qui representaient la foi, l'esperance, la charité, l'obéissance et l'humilité, et qu'avec cela on était equipé pour la vie.

    Il me semble qu'Elisabeth a bien les 5 cailloux dans sa besace.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :