• Tebtynis, à la recherche des premiers chrétiens - Terre Sainte

    Tebtynis, à la recherche des premiers chrétiens

    Aristide Malnati e Virginia Reniero
    16 juillet 2021
     

    Tebtynis, à la recherche des premiers chrétiens - Terre Sainte

    Une vue des fouilles menées à Tebtynis (dans l'oasis du Fayoum), une importante cité égyptienne
    de la période ptolémaïque ©I.M. Ibrahim / IFAO
     

    La découverte rare et inhabituelle d'un tesson d'amphore en terre cuite à Tebtynis en Égypte pourrait apporter un nouvel éclairage sur les premières communautés chrétiennes qui ont porté leur prédication dans toutes les régions de l'Empire romain au Ier siècle de notre ère.


    Une découverte inhabituelle et particulièrement précieuse pourrait apporter un éclairage nouveau sur les premières communautés chrétiennes, ou du moins sur des groupes importants du judaïsme messianique, qui, au premier siècle ap. J.-C., juste après la prédication terrestre de Jésus, étaient actifs en Judée et en Galilée et ont progressivement porté leur prédication partout dans l’Empire romain.

    Un tesson d’amphore en terre cuite, d’une certaine consistance, révèle une écriture surprenante dont les implications pourraient s’avérer sensationnelles : il s’agit d’un texte en araméen ancien, datable avec certitude aux alentours de 50 après J.-C. et contenant, d’après ce qu’en disent les chercheurs qui en ont fait une première analyse (la découverte n’a pas encore été publiée), un état comptable fragmentaire des dépenses engagées pour l’achat de biens. Probablement pas destinés à une seule personne, mais à l’usage d’un groupe plus important. Peut-être une petite communauté. C’est ce que l’on peut déduire de la description sommaire – la seule note officielle des auteurs au sujet de la découverte – trouvée dans la revue Rise – Ricerche Italiane e Scavi in Egitto (2018, p. 141, note 144) ; à laquelle s’ajoute une brève mention de la découverte lors d’une conférence à l’Institut culturel italien du Caire, à laquelle ont assisté en ligne des chercheurs de renommée internationale. Mais cela suffit à nous donner quelques certitudes solides et, à nous faire rêver un peu.

    Des juifs retirés en Egypte

    Le gros ostracon, le tesson en question, a été trouvé pour la première fois à Tebtynis, un village situé à la périphérie d’Arsinoë (l’actuelle oasis égyptienne du Fayoum, à 80 km au sud-ouest du Caire), qui – bien qu’ayant une certaine activité culturelle et sociale grâce à l’important temple du dieu-crocodile Sobek, destination de nombreux pèlerins – n’était certainement pas un centre névralgique, en contact permanent avec les villes pivots du nouvel Empire romain.

    Lire aussi >> L’un des plus vieux monastères du monde retrouvé en Egypte ?

    En d’autres termes, les textes écrits témoignant de relations systématiques entre Tebtynis et Alexandrie, la seule métropole internationale (comme on dirait aujourd’hui) du pays du Nil, et sa célèbre bibliothèque, sont très rares. Ainsi, le fait de trouver un groupe de juifs dans un endroit presque inconnu de ceux qui géraient le destin de l’Empire suggère qu’ils voulaient mener une vie retirée, exercer leurs activités entre eux, dans un cercle de personnes restreint et de confiance. C’est comme s’ils voulaient échapper à quelque chose parce qu’ils étaient persécutés dans leur travail en Palestine et comme s’ils ne voulaient pas se mélanger aux habitants (d’où l’utilisation de la langue araméenne, que personne ne comprenait dans un petit village égyptien).

    Persécutions

    Mais qu’avaient-ils fui, en se réfugiant si loin de leur patrie ? Nous savons qu’après la mort du roi Hérode (4 av. J.-C. ), qui avait tenté en vain de faire accepter aux radicaux du judaïsme (les Zélotes), en particulier, la domination de Rome en Judée, une période messianique s’ouvre à Jérusalem et dans de nombreux autres centres israélites, où l’on attend fortement le Messie qui libérera le peuple juif des nouveaux occupants. L’œuvre de Jésus et des premiers chrétiens a été confondue avec ce radicalisme extrémiste par le pouvoir de Rome et le judaïsme officiel, de connivence avec les représentants de l’Empire, qui ont commencé à les persécuter sans grande distinction.

    C’est pourquoi beaucoup des premiers chrétiens ont quitté la Judée et se sont réfugiés dans des villages isolés de la lointaine Egypte, comme Tebtynis. À cela, il faut ajouter le désir de prêcher la Bonne Nouvelle partout, qui a immédiatement animé les adeptes du christianisme naissant, qui après le Concile de Jérusalem (49 après J.-C.) est devenu une religion œcuménique, adressée à tous. Si nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que les auteurs du fragment anonyme étaient chrétiens, on ne peut pas non plus l’exclure.

    source https://www.terresainte.net/

    -----------------------------------------------

    Articles récents
    « Majeure responsabilité des évêques avec les nouvelles normes sur la liturgie préconciliaire - VAHomélie du 17ème dimanche du Temps ordinaire - 25 juillet 2021 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :